Accueil Dernière Actu BAC technique 2017 : les doléances des élèves de Koudougou

BAC technique 2017 : les doléances des élèves de Koudougou

Ce mardi 23 mai 2017, les épreuves sportives du Baccalauréat ont débuté sur toute l’étendue du territoire national. Wakat Sera est allé constater de visu le déroulement de ces épruves au lycée technique national Aboubacar Sangoulé Lamizana (LTN /ASN) ex lycée technique de ouagadougou ( LTO),  l’un des trois centres qui abritent les examens des BAC techniques au Burkina Faso.

Les candidats venus de Koudougou dans leur grande majorité se plaignent de la contrainte de venir passer leur BAC au lycée technique de Ouagadougou. « Notre lycée technique à Koudougou est bien équipé pour accueillir le Bac technique pour qu’on nous contraigne à venir composer à Ouagadougou », a déploré Théophane Zongo de la terminale F2 au lycée technique de Koudougou.

« Je suis venu de Koudougou à Ouagadougou hier, veille de l’épreuve sportive du BAC , tout fatigué et je dois subir des épreuves sportives ce matin tôt à 6 H. Nous demandons aux autorités d’ériger le lycée technique de Koudougou en centre de composition du BAC, pour éviter à nos cadets le même calvaire », a plaidé Mathieu Birba, un autre candidat venu de Koudougou.

Ils sont un peu plus de 400 jeunes, filles comme garçons des lycées techniques et professionnels de Ouagadougou et de Koudougou, inscrits au centre d’examen sis au lycée technique national Aboubacar Sangoulé Lamizana (LTN /ASN)  pour passer cette étape du BAC dans les jurys 48 et 49  présidés par Hortense Diawara.

Les disciplines au menu de l’épreuve sportive du BAC sont le triple saut ou le saut en longueur (laissé au choix des candidats) ; l’endurance ou la vitesse (au choix également) ; la gymnastique au sol et le lancer de poids (obligatoires).

«Pour ce premier jour,  nous avons eu de belles performances à tous les niveaux, dans l’ensemble, les performances sont bonnes » a déclaré la présidente du jurys visiblement satisfaite.

William Bayili, candidat venu du lycée technique de Koudougou est allé dans le même sens que Hortense Diawara: «Cette phase du BAC  n’est pas difficile, c’est comme une répétition, c’est facile puisqu’on est habitué aux différentes disciplines sportives du BAC, on les a exécutés lors des séances de sport avec notre professeur d’EPS pendant toute l’année.»

L’épreuve est prévue pour durer jusqu’au samedi 27 mai, jour où les résultats seront transmis au secrétariat par les jurys.

Joseph AKOUTOU (stagiaire)

Laisser un commentaire