Accueil Editorial Burkina: après le parler vrai, Macron doit passer à l’agir vite

Burkina: après le parler vrai, Macron doit passer à l’agir vite

3843
0
Emmanuel Macron a su conquérir son public par ses qualités de tribun (Ph. Wakat Séra)

Veni vidi vici. Proclamée en l’an 47 avant J. –C, par l’empereur romain Jules César, cette déclaration peut être clamée haut et fort par le chef des Gaulois, qui, par moment, a fait exploser l’applaudimètre lors de son adresse à la jeunesse africaine depuis Ouagadougou, ce 28 novembre 2017. Oui, Emmanuel Macron est venu au Burkina, il a vu et il a vaincu un environnement universitaire qu’on lui préconisait très hostile. Certes, hors de l’amphithéâtre bunkérisé et rempli d’étudiants triés sur le volet et acquis à la cause de cette visite, leurs camarades moins dociles parce que «anti-impérialistes qui voulaient coûte que coûte montrer leur mécontentement à Macron, ont été tenus en respect, loin du campus. C’est, larmoyants, sous la fumée âcre des grenades lacrymogènes que les frondeurs ont raté le parler vrai, empreinte de condescendance de l’hôte de Roch Marc Christian Kaboré qui lui aussi en a du reste pris pour son grade. La sortie de Roch Kaboré de la salle en pleine prestation du jeune président français, alors que ce dernier signifiait à son public que c’est le rôle du président du Faso de s’occuper de l’électricité dans l’université qui les accueillait fait du reste beaucoup jaser. Macron de ce ton railleur dont il a seul le secret, n’a d’ailleurs pas hésité à penser tout haut que le président du Faso s’était levé pour aller réparer le climatiseur. Si on n’a pas, en ce moment précis, eu l’incident diplomatique, on l’a tout au moins frôlé.

En conquérant maîtrisant parfaitement la psychologie de son auditoire, Emmanuel Macron a régulièrement eu droit à des salves d’applaudissements, ponctuées même une fois de «prési, prési, prési !». Malgré la tension qui se dégageait de ses propos, notamment dans les réponses aux questions, certaines attendues et d’autres spontanées donc forcément urticantes, c’est dire combien en excellent tribun, Macron a maîtrisé son sujet. Il aura été bien aidé dans cet exercice par certains étudiants qui visiblement étaient hors-sujet, comme les aurait notés un bon instituteur dans un devoir de rédaction. En tout cas, le prof du jour n’a pas manqué de le faire, donnant par moment raison à ses détracteurs qui l’ont assimilé qui au maître, qui au donneur de leçon, qualificatifs peu flatteurs dont il s’est défendu, mais maladroitement, à force de vouloir faire percevoir le contraire. Une chose est certaine, Macron a su conquérir son auditoire en sortant l’arme imparable de l’évocation de Thomas Sankara dans sa déclaration de nouveau partenariat avec le continent noir, vu qu’«il n’y a plus de politique africaine de la France». Maintenant, à partir des trois heures du discours et du face-à-face historique entre les étudiants et Macron, à Ouagadougou, il y a une nouvelle page à ouvrir ensemble par l’Afrique et la France, après avoir tourné celle de la colonisation et de la Françafrique. Mais comment le président français compte il assurer le service après vente, le fameux SAV de ses promesses sur l’épanouissement de la femme, les visas longue durée, la création de conditions pour maintenir les jeunes sur le continent, la lutte contre le terrorisme, la mobilité, l’éducation adéquate pour les Africains, etc.?

Après le parler vrai, Macron trouvera-t-il les ressources nécessaires pour passer à l’agir vrai et vite? C’est l’autre challenge auquel devra s’atteler le président français qui a sans doute perdu de vue, parlant démocratie, que son discours ne s’adressait pas qu’aux Burkinabè. Car, si le pays des Hommes intègres a su provoquer l’alternance politique, c’est loin d’être le cas au Togo, dans les deux Congo, au Burundi, et au Cameroun, pour en rester à cette short list,  où les chefs d’Etat se fossilisent, au grand dam de populations qui ne peuvent plus compter sur la France, qui n’est pas donneuse de leçon, pour s’enivrer de l’air vivifiant du changement démocratique au sommet. Macron, a peut-être passé haut la main la première étape de sa première tournée africaine qui le conduira après le Burkina, en Côte d’Ivoire et ensuite au Ghana, mais il est loin d’avoir fait retrouver à la France, son influence perdue auprès de la jeunesse africaine. Le combat reste donc entier, sauf que, pour ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, il faut reconnaître avec les Chinois, que le plus long voyage commence par le premier pas. Et Emmanuel Macron ne vient que de commencer ce long voyage par Ouagadougou.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire