Accueil A la une Burkina: décès du juge Gustave Gberdao Kam

Burkina: décès du juge Gustave Gberdao Kam

Gustave Gberdao Kam

Le juge Gustave Gberdao Kam est décédé, à Paris, en France, ce 17 février 2021, dans la soirée, à l’hôpital Saint Joseph.

Ancien coordonnateur du Programme d’appui à la justice ; ancien juge au Tribunal pénal international pour le Rwanda de 2003 à 2012 à Arusha en Tanzanie, le magistrat burkinabè Gberdao Gustave Kam a été le président des Chambres africaines extraordinaires mises en place par l’Union africaine à Dakar pour juger l’ancien président tchadien, Hissein Habré, qui a écopé de la perpétuité.

Né le 19 mai 1958, le juge Kam a fréquenté le Lycée Ouezzin Coulibaly, à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, de 1971 à 1978  où il a obtenu son Baccalauréat. Ensuite, il s’inscrit à l’Ecole Supérieure de Droit à Ouagadougou de 1979 à 1983 d’où il sort avec une  maitrise en droit. C’est à l’Ecole Nationale de la Magistrature à Paris (1984 – 1985) qui obtient son diplôme de magistrat. Parmi ses compétences, Gberdao Gustave Kam a un diplôme universitaire de communicateur en multimédia. Ses qualifications principales sont le droit pénal, la procédure pénale, le droit pénal international, et le droit civil et commercial.

Dans son parcours professionnel, l’on peut retenir qu’il a été de 2012 à 2015 Chargé de missions au ministère de la Justice au Burkina Faso.

2001 – 2003 Directeur des Etudes et de la Planification
1999 – 2001 Directeur des affaires civiles pénales et du sceau
1998 – 2000 Commissaire du Gouvernement près le Tribunal Militaire de Ouagadougou
1996 – 1999 Procureur Général près la Cour d’Appel de Ouagadougou
1988 – 1992 Avocat, Cabinet Populaire d’assistance judiciaire, Ouagadougou
Président des Chambres Africaines Extraordinaires à Dakar, Sénégal
Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux
Tribunal Pénal International pour le Rwanda

Au plan international

Conférences:
Cours de procédure pénale dispensé aux officiers de l’école de police et de la garde de sécurité pénitentiaire.

Conférence donnée à l’initiative des femmes juristes, à la société civile, sur le Statut de Rome et sa mise en œuvre ; conférences données aux avocats du Rwanda dans le cadre de l’entraide judiciaire entre le Tribunal et le Rwanda pour amener ces hommes de droit à une meilleure connaissance des procédures et du droit pénal international qui étaient appliqués contre leurs anciennes autorités.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire