Accueil A la une Burkina: deux groupes de présumés délinquants dans les filets de la Police

Burkina: deux groupes de présumés délinquants dans les filets de la Police

Des malfrats aux arrêts

La Police burkinabè, dans le cadre de la lutte contre la délinquance urbaine, a mis aux arrêts deux groupes de six présumés malfrats, selon une note le jeudi 24 février 2022 de l’institution dont Wakat Séra a eu copie.

«Ils sont au total six présumés malfrats, dont une dame âgée de 50 ans qui viennent d’être mis aux arrêts par la Police nationale.

Les cinq individus en majorité des récidivistes, dont l’âge est compris entre 21 et 40 ans, évoluaient en groupe et s’adonnaient aux vols et agressions à main armée, et au trafic de stupéfiants.

Pour ce qui est de leur mode opératoire, ils agissaient nuitamment en escaladant les murs des domiciles pendant le sommeil de leurs occupants et en ressortaient aisément par la grande porte avec les objets volés. Il arrivait également qu’ils sillonnent les artères de la ville et une fois qu’une victime a été identifiée, ils la filaient jusqu’à une zone sombre ou moins sécurisée. Là, ils la tenaient en respect à l’aide de leurs armes et la dépouillaient de ses biens. Le butin obtenu était revendu ou échangé avec de la cocaïne et du chanvre indien dans un pays voisin.

Du matériel saisi avec les délinquants

Quant à la quinquagénaire, elle évoluait en solo dans l’importation et la commercialisation des produits pharmaceutiques prohibés communément appelés «médicaments de la rue». Basée à Ouagadougou, elle se faisait livrer sa marchandise depuis un pays voisin en petites quantités, via les transports en commun, qu’elle stockait dans un magasin. Elle écoulait ensuite les produits à travers le territoire national et même à l’étranger.

Grâce à la collaboration de la population, les investigations menées ont permis de saisir des armes blanches, des engins à deux roues, plus de quatre tonnes de produits pharmaceutiques prohibés, trois kilogrammes de chanvre indien, de la cocaïne et divers autres objets.

La Police nationale, tout en réitérant ses remerciements à la population pour la franche collaboration dans le succès de ses missions, l’ignvite à plus de vigilance et de prudence, et à toujours signaler les cas suspects à travers les numéros verts que sont : les 17, 16 et 1010.

La Police Nationale, une force publique aux services des citoyens!»

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire