Accueil A la une Burkina/Gestion du fret: «Les gens font croire que la marchandise n’a pas...

Burkina/Gestion du fret: «Les gens font croire que la marchandise n’a pas de propriétaire» (opérateur économique)

Les responsables de l'Union des transporteurs opérateurs économiques et chauffeurs du Burkina Faso au Togo

Le président de l’Union des Transporteurs, Opérateurs économiques et Chauffeurs du Burkina Faso au Togo (UTOECBFT), Alassane Guira, a déclaré ce jeudi 4 mars 2021, face à la presse à Ouagadougou que « les gens veulent nous faire croire que la marchandise n’a pas de propriétaire », faisant référence à la crise qui divise les acteurs économiques burkinabè sur la gestion du fret qui est désormais encadrée par un arrêté ministériel signé le vendredi 9 octobre 2021.

Cette association a rencontré la presse ce jour pour décliner les raisons de sa présence dans la capitale burkinabè. « Nous sommes venus présenter notre structure aux autorités burkinabè et nos civilités aussi à d’autres associations sœurs, pour qu’ensemble nous essayons de voir la crise qui mine le secteur du transport burkinabè. Qu’allons nous faire ensemble pour développer le transport burkinabè et contribuer à l’épanouissement de nos membres et de tout le peuple ? » Telles sont, entre autres, les motifs de la présence de cette structure qui a obtenu sa reconnaissance officielle au Togo, et, depuis 2018, a adressé des correspondances au gouvernement du Burkina Faso pour lui faire officiellement part de son existence.

Pour la gestion du fret qui continue de diviser notamment les acteurs du transport du Burkina, les conférenciers disent avoir été clairs lors de leurs différentes rencontres. « Nous ne sommes pas contre l’arrêté ministériel mais c’est son application qui nous a posé beaucoup de problèmes à Lomé. Aujourd’hui je pense que c’est du passé. Nous avons eu des échanges avec les premiers responsables du Conseil burkinabè des Chargeurs (CBC), beaucoup de choses ont été corrigées et ça continue dans ce sens. Donc nous apprécions car nous sommes ensemble », a affirmé le président de l’Union des Transporteurs, Opérateurs économiques et Chauffeurs du Burkina Faso au Togo (UTOECBFT).

Le président de l’Union des Transporteurs, Opérateurs économiques et Chauffeurs du Burkina Faso au Togo (UTOECBFT), Alassane Guira

« Nous ne sommes pas des ennemis. Nous, nous défendons les intérêts du Burkina Faso à l’étranger. Apprenons à parler, à échanger. Souvent les problèmes c’est quand il y a crise de communication. Donc on se jette les pierres sans comprendre », a continué M. Guira, souhaitant que dorénavant quand il y a des discussions qui réunissent les transporteurs, que sa structure soit conviée parce qu’ils sont une structure burkinabè. « Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi on nous traite d’une association de droit togolais. Alors que tous les membres de l’association résidant ici comme au Togo ont immatriculé leurs camions au Burkina Faso. Ils paient leur assurance au Burkina Faso. Ils prennent leurs cartes de transport au Burkina Faso. Tous les membres recrutent leurs chauffeurs au Burkina Faso, pour diminuer le chômage. Je ne vois pas en quoi on peut dire que notre structure est de droit togolais alors qu’elle lutte pour l’intérêt des Burkinabè, pour remplir les caisses du Trésor burkinabè », s’est-il offusqué.

Pour lui et ses membres, il est clair que leur structure œuvre dans l’intérêt du secteur économique burkinabè parce qu’elle lutte contre les injustices à l’extérieur. « Les actions que nous avons pu poser depuis notre création sont énormes. Et cela du Togo jusqu’au Burkina Faso ici. Nos actions sont vérifiables au Consulat général du Togo. Par exemple, nous avons mené une campagne d’établissement de cartes d’identités consulaires pour nos concitoyens au Togo. Près de 494 personnes avec 3 000 Fcfa ont pu bénéficier de cette pièce. Chaque fois qu’un Burkinabè a des soucis au Togo que ce soit avec les préfectures, la justice ou autre structure à l’intérieur, nous intervenons pour soutenir nos frères pour une sortie de crise », a-t-il égrené. « Souvent aussi ce sont des accidents mortels qu’on doit gérer. Il faut enterrer les morts et envoyer les malades dans des hôpitaux. Il faut que l’Union s’en occupe. Même si tu n’es pas membre de l’Union, pourvu que tu sois Burkinabè. Donc ce sont les intérêts du Burkina Faso que nous cherchons à défendre  à l’extérieur », a-t-il appuyé.

Les relations de l’Union des transporteurs avec ses structures sœurs du Burkina étaient tendues à cause de l’application de l’arrêté ministériel à Lomé. « Il y a eu pas mal d’incompréhensions. Mais avec les échanges tout est rentré dans l’ordre », a signifié M. Guira qui note que mais il y a un point sur lequel son association et les structures à savoir le CBC et la Faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB) n’arrivent pas toujours à s’accorder. « Ce point, c’est le fait de dire que notre structure est de droit togolais et en même temps on veut la marchandise de ce droit togolais. Alors il faut que la loi soit révisée à ce niveau. Les gens ont tendance à dire, la marchandise du Burkina Faso. Non, le Burkina Faso n’a pas de marchandise. C’est des Burkinabè qui ont de la marchandise et c’est nous les opérateurs économiques. Et nous avons des membres au Togo comme au Burkina », s’est-il lâché.

« Nous avons des compatriotes qui sont à Lomé qui vont à Thaïlande ou en Chine, qui commandent le riz et le sucre et s’ils reviennent, c’est nous-mêmes sur place à Lomé qui appelons nos frères opérateurs économiques d’ici pour dire qu’il y a telle qualité de sucre, telle qualité de riz, si tu es dans le besoin voilà les échantillons. Et quand quelqu’un est intéressé il fait la commande et c’est nous qui sommes chargés d’expédier cette marchandise à Ouagadougou », a expliqué le président de l’UTOECBFT. « Certains ont tendance à nous appeler des +coksairs+. Qui est coksair ? Nous sommes des mandataires et des chargeurs reconnus par la loi. Pensez-vous qu’on peut confier des marchandises de valeur à une personne sans des documents administratifs », s’est plaint Alassane Guira.

Pour lui et ses camarades, leurs détracteurs veulent leur dire que leur structure est de droit togolais. « On veut nous dire que la marchandise est du Burkina Faso et que notre structure est de droit togolais. La marchandise appartient aux opérateurs économiques. Quand je paie mon riz de 50 000 tonnes, ce n’est pas le nom du Burkina qui est là-dessus. Mais les gens veulent nous faire croire que la marchandise n’a pas de propriétaire. On doit la confisquer pour en faire ce que l’on veut. C’est ça nous disons non. Non et non. Cela n’est pas possible », a-t-il affirmé avec nervosité, interpellant le gouvernement à ce niveau pour que les acteurs du secteur économique puissent s’entendre. « Il faut que le gouvernement joue son rôle d’arbitre car l’exclusion ne nous fait pas avancer », a-t-il souhaité.

Il a assuré que son organisation ne trouve aucun problème que la gestion du fret soit confiée au CBC. Pour le conférencier principal du jour, il faut seulement que chaque acteur respecte le texte pris par le gouvernement.

Il a annoncé que l’Union est en train de rédiger un mémorandum par rapport à la crise qu’elle va soumettre aux plus hautes autorités. Déjà, Alassane Guira et ses camarades lors de cette visite de courtoisie au Burkina, rencontrent le ministre du Transport, Vincent Dabilgou, le ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry et son ministre délégué, Maxime Koné. Les premiers responsables de l’Union des transporteurs et opérateurs économiques et chauffeurs du Burkina Faso au Togo, ont été également reçus par les dirigeants du CBC, de la Chambre du commerce (CCI-BF) et des associations dont le Haut Conseil des Transporteurs au Burkina Faso (HTC-BF) et la FUTRB.

L’association compte à ce jour plus de « 1.700 membres dont près de 1 000 personnes résidant au Togo ».

Dans la mise en œuvre effective de ce décret, la gestion commerciale du fret sera désormais du ressort du CBC en ce qui concerne l’enregistrement des camions, l’affrètement des camions, le suivi des chargements et l’assistance aux acteurs du transport du fret en l’absence de tout contrat de fret.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire