Accueil A la une Burkina: «La suspension de la Constitution joue sur le traitement des actes...

Burkina: «La suspension de la Constitution joue sur le traitement des actes des agents publics»

Le secrétaire général du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Hamidou Sawadogo a organisé une réunion de cabinet extraordinaire, ce lundi 3 octobre 2022, à Ouagadougou, afin de permettre aux différents responsables du département, d’être sur la même longueur d’onde sur les directives reçues lors de la rencontre avec le nouveau président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le capitaine Ibrahim Traoré, tombeur du président de la lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, selon un texte de la direction de communication du ministère.

Le nouvel homme fort du Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, a rencontré dans la soirée du dimanche 2 octobre, les secrétaires généraux des différents départements ministériels pour les rassurer que «la situation est maîtrisée» et qu’ils peuvent vaquer tranquillement à leurs occupations, notamment en expédiant les affaires courantes.

Le nouveau président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) a exhorté les secrétaires généraux de «diligenter les dossiers et de remédier aux lourdeurs administratives», a dit Hamidou Sawadogo, secrétaire général du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale (MFPTPS).

Il a signifié que le capitaine Traoré, chargé de l’expédition des affaires courantes de l’Etat, a également fait part de sa volonté d’avoir un point complet des véhicules des départements ministériels. Et, à ce propos, le SG dit avoir instruit le Bureau Comptable matière principal de son département à faire ce point dans de meilleurs délais.

«Le capitaine a aussi dit de faire le point des activités urgentes. Je vous exhorte donc à me faire le point de vos dossiers ainsi que leur évolution actuelle. Il faudrait accélérer le pas, afin que nous puissions atteindre les résultats au 31 décembre 2022. Il faut que nous revoyons notre méthode de travail pour être dans la dynamique qu’il veut insuffler», a-t-il exhorté.

Mais, des préoccupations se posent notamment avec la suspension de la Constitution, qui fait que certains actes ne peuvent plus être pris et cela va jouer sur le traitement diligent des dossiers des agents publics, surtout dans le Système Intégré de Gestion administrative et Salariale des Personnels de l’Etat (SIGASPE), un logiciel créé pour améliorer la célérité et la Traçabilité dans les traitements des dossiers.

«Dans un État de droit, lorsque la Constitution est suspendue, les actes juridiques ne peuvent être pris. La solution, c’est de rétablir la Constitution pour donner un fondement légal aux actes surtout ceux liés aux carrières. Il faut expliquer clairement cela à l’autorité, sinon nos dossiers ne peuvent pas avancer», ont précisé les responsables qui ont pris part à la rencontre avec le SG.

Ils ont suggéré que toutes ces difficultés soient répertoriées et présentées de façon objective aux nouvelles autorités, pour répondre aux attentes formulées.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire