Accueil Société Burkina : le Larlé Naaba fait le bilan de ses activités

Burkina : le Larlé Naaba fait le bilan de ses activités

249
0

Le Larlé Naaba Tigré a rencontré la presse, le mardi 12 janvier 2021 dans sa ferme agrosylvopastorale Burkina Sompayimdi des Origines (FIBSO) à Dapelogo dans le Plateau Central, pour faire le bilan de ses activités au cours de l’année 2020 et décliner ce qu’il ambitionne de faire durant 2021.

« 2020 a été une année où nous avons pu tant sur plan social, humanitaire, agricole, industrielle, que politique du développement, apporter notre touche, aider au mieux-être de nos populations », a affirmé le Larlé Naaba qui soutient avoir apporté quelque chose à son peuple, à ses « frères et sœurs Burkinabè ».

Le Larlé Naaba qui est de ceux-là qui pensent « que l’Afrique a tous les moyens pour lutter contre la pauvreté, la faim et le chômage par le savoir » prévoit mettre à la disposition des citoyens un livre intitulé « Songtaba System, zéro chômage, zéro faim et zéro pauvreté » qui sera dédicace le 30 janvier 2021. Et le livre d’application viendra après les trois mois qui suivent. « A travers cet ouvrage nous comptons jouer notre partition pour la fin de ces grands maux qui minent notre société », a-t-il laissé entendre.

L’autre entreprise qu’il prévoit en cette année 2021, c’est la collecte des savoirs des trésors humains vivants. « C’est un projet qui consiste à interroger les personnes âgées de 80 ans et plus sur leurs savoirs et ce qu’elles souhaiteraient de tout cœur, pour léguer aux générations futures », a-t-il expliqué, notant que pour ces collectes des CD, des DVD et des ouvrages vont être faits et seront édités sous la supervision scientifique du Pr Albert Ouédraogo.

« La promotion du savoir nous conduira également à partager d’autres expériences au moins avec 200 producteurs dans les 13 régions du Burkina Faso à qui nous transmettrons le savoir sur la culture de l’oignon en saison pluvieuse. Progressivement, d’ici cinq ans le nombre des producteurs d’oignon en saison pluvieuse devraient atteindre 50 000 personnes, pour préserver nos devises et pour donner de la richesse au producteurs », a fait savoir le promoteur de « 10 poules un coq pour lever la pauvreté » et de « 35 poules cinq coqs ».

Il souhaité aussi renforcer son appui aux jeunes et aux femmes dans les 12 arrondissements de Ouagadougou à travers des dons, des accompagnements financiers pour acquérir des permis de conduire. « Cette année, je compte donner 226 permis de conduire à des jeunes et des femmes », a promis le Larlé Naaba.

Au nombre des perspectives, il y a la poursuite de « l’alimentation de 1000 personnes démunis, à Ouagadougou, dans la période de soudure du mois de juillet au mois de septembre ». « Nous allons les donner à manger trois fois dans la semaine pendant trois mois. Et à Bobo-Dioulasso, nous allons poursuivre à donner à manger à 400 personnes aussi pendant trois mois », a-t-il dit.

Il compte poursuivre la promotion de Mung Bean avec plus de surface emblavée pour plus de productivité, la promotion des plantes telles que le jatropha et le moringa, la promotion de mets tels que les brochettes de Mung Bean, de la bouille et de la soupe de Mung Bean et beaucoup de femmes vont être formées en la matière afin qu’elles puissent avoir des revenus.

Il veut également œuvrer pour le changement de mentalité. « Il faut que les jeunes n’attendent pas d’être employés par l’Etat dans ce qu’ils ont étudié. On part à l’école pour apprendre à lire, à écrire mais c’est aussi pour apprendre à réfléchir. La réflexion n’est pas seulement dans ce qu’on a appris mais c’est dans tout ce qui reste dans la vie, pour se nourrir et préserver sa dignité. Chaque fois qu’on tend la main pour se nourrir, la dignité commence à s’étioler. Ce n’est pas normal qu’après avoir fini ses études, on face six mois un an et dire qu’on ne peut pas produire un dollar, 1000 F par jour. Ce n’est pas normal », a-t-il soutenu.

Au cours de 2020, il affirme avoir poursuivi sa promesse de donner 45 ambulance dans les 45 provinces. Une promesse qui date depuis le 3 janvier 2018. « Nous sommes à 21 ambulances. Nous allons poursuivre cela pour atteindre les 45 ambulances et pourquoi pas aller au-delà », a-t-il conclu.

Dans sa ferme agrosylvopastorale de 143 hectares où s’est tenu la conférence de presse, il y cultive beaucoup de spéculations, notamment des légumes, des agrumes, et autres. Il y pratique également l’élevage des poules pondeuses, des coquelets, des bovins, entre autres.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire