Accueil Société Burkina : le ministère de la Justice se met au numérique

Burkina : le ministère de la Justice se met au numérique

427
0
Les officiels pendant la cérémonie de lancement du Schéma directeur informatique du ministère en charge de la Justice

Le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique s’est officiellement mis au numérique ce 4 décembre 2018 à Ouagadougou, avec le lancement du Schéma directeur informatique du secteur de la Justice et des Droits humains.

« Quand vous demandez un casier judiciaire, les magistrats sont obligés de fouiller dans les registres pour savoir si vous n’avez pas été condamné. Alors que si la chaine du casier judiciaire est informatisée, il suffit d’un clic pour avoir les informations nécessaires », a déclaré le ministre en charge de la Justice, René Bagoro, justifiant l’intérêt du  Schéma directeur informatique.

L’ambassadeur de l’Union européenne, Jean Lamy ( à droite) remettant symboliquement un ordinateurs au ministre de la Justice

Dans le même sens, il précise que « l’informatisation va permettre d’éviter le contact avec les usagers de la justice, ce qui aura pour avantage d’aider à lutter contre la corruption ». Il ajoute que « l’autre avantage, c’est la célérité et le fait d’avoir des documents plus fiables ».

Le Schéma directeur informatique ce sont près de 57 projets à mettre en œuvre durant cinq ans pour environ neuf milliards financés par l’Etat burkinabè et ses partenaires. Parmi ces partenaires, il y a l’Union européenne qui a, du reste, fait don de 131 ordinateurs, d’une valeur d’environ 200 millions de F CFA, pour soutenir le processus d’informatisation des procédures judiciaires, a expliqué l’Ambassadeur Jean Lamy précisant que « c’est une partie d’un appui général que l’Union européenne accorde à la politique nationale de justice ».

Le ministre en charge de l’Economie numérique, Hadja Ouattara/Sanon, présente à la cérémonie, a promis l’accompagnement de son département, notamment en termes de ressources humaines pour laquelle, le ministre Bagoro avait formulé le besoin.

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire