Accueil Société Burkina: des administrateurs civils dénoncent des conditions de travail « drastiques »

Burkina: des administrateurs civils dénoncent des conditions de travail « drastiques »

Le secrétaire général du SYNACSAB, Adama Bidiga

Le Syndicat national des Administrateurs civils, des Secrétaires et Adjoints administratifs du Burkina (SYNACSAB) a dénoncé vendredi 12 mai, des conditions de travail « drastiques », que vivent ses militants, face à la presse à Ouagadougou.

« Représentants de l’Etat, directeurs de service ou agents en service au ministère en charge de l’Administration territoriale ou dans d’autres départements ministériels, les administrateurs vivent des conditions professionnelles drastiques », a affirmé le secrétaire général du SYNACSAB, Adama Bidiga.

Selon M. Bidiga, l’administration générale « agonise » du fait « de la montée de l’insécurité, de la défiance à l’autorité de l’Etat avec les actes d’incivisme généralisé, des balbutiements du processus de décentralisation et des multiples revendications des populations », exprimant leur inquiétude et exige des « solutions ».

Le syndicat qui souhaite « une société burkinabè plus démocratique, de paix et de justice », souligne qu’il ne peut pas être « complice de cette situation contre laquelle le peuple a déjà payé un lourd tribut », dénonçant « les velléités de musèlement des organisations syndicales par l’adoption en vue loi liberticide ».

Egalement, le secrétaire général du SYNACSAB, dénonce, entre autres, « la politisation et la non professionnalisation de la fonction préfectorale, le manque de volonté et le retard dans l’application du texte portant organigramme des gouvernorats, des hauts commissariats et des préfectures, la vétusté des bâtiments administratifs abritant les hauts-commissariats et les préfectures ».

« Nous restons convaincus que la réhabilitation immédiate de l’administration territoriale et l’amélioration des conditions de vie et de travail des administrateurs demeure les gages essentiels de la restauration de l’autorité de l’Etat et de la mise en œuvre réussie et efficace des politiques publiques de développement », a indiqué le secrétaire général Adama Bidiga.

Le Syndicat national des Administrateurs civils, des Secrétaires et Adjoints administratifs du Burkina (SYNACSAB), le tout nouveau né des syndicats burkinabè (il a reçu son récépissé le 10 avril 2017), a déposé sa plateforme revendicative auprès de leur ministère de tutelle, selon son premier responsable.

Daouda ZONGO

Laisser un commentaire