Accueil Société Burkina: plus de 35 milliards de francs CFA pour sauver l’école

Burkina: plus de 35 milliards de francs CFA pour sauver l’école

Des élèves dans leurs tenues scolaire au Burkina Faso (Photo d'illustration)

Un rapport statistique mensuel datant de mai dernier et faisant cas de la situation du système éducatif au Burkina Faso a mentionné, le mardi 31 mai 2022, un besoin d’urgence de 54 millions de dollars, soit la somme de 35 milliards et plus de 800 millions de francs CFA afin de sauver l’école au pays des Hommes intègres, selon le Faso.net. 

Un besoin de financement d’urgence de 35 milliards de francs CFA a été exprimé, le mardi 31 mai 2022, dans un rapport d’appel humanitaire fait sur l’éducation scolaire au Burkina Faso, a rappelé le site d’information burkinabè.

Selon le rapport statistique mensuel, le contexte d’insécurité a occasionné la fermeture de 4 148 établissements d’enseignement préscolaires, primaires, post primaires et secondaires dans plusieurs régions du pays. Parmi les plus touchées figurent la région de l’Est et celle du Sahel qui enregistrent successivement 25,26 % et 22,82% d’écoles fermées. Sont également citées dans ledit document les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-nord et du Nord.

Le nombre d’établissements scolaires ayant mis les clés sous les portes, à la date du 31 mai 2022 au Burkina Faso, est passé, en effet, de 4 148 à 4 258, soit une hausse de 110 structures éducatives, selon le rapport statistique mensuel de données d’éducation en situation d’urgence.

La représentante résidente du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) au Burkina Faso, Sandra Lattouf, faisant allusion aux 2,6 millions d’enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans non scolarisés dans la région du Sahel, avait fait ce triste constat: «Les filles et les garçons qui ne sont pas sur les bancs de l’école voient non seulement leur éducation compromise mais sont plus à risque de subir des violences, d’être exploités, d’être contraints de se marier voire d’être recrutés par les groupes armés».

En réponse, l’agence de l’Organisation des Nations unies consacrée à l’amélioration et à la promotion de la condition des enfants dans le monde et ses partenaires ont déployé un soutien en formation des enseignants, en matériel pédagogique, en kits scolaires ou encore en construction de nouvelles classes pour accueillir les enfants déplacés. Cela dans le cadre d’une campagne nationale de rentrée scolaire 2022-2023.

Par Lassané SAWADOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire