Accueil A la une Burkina: « un objet suspect » découvert dans le Sahel

Burkina: « un objet suspect » découvert dans le Sahel

L'armée nigerienne vient de subir une nouvelle attaque (Ph. rfi.fr)

L’armée burkinabè a découvert, le 21 décembre 2020 dans la région du Sahel, « un objet suspect » qu’elle a pu neutraliser, selon un communiqué du bilan hebdomadaire des opérations des Forces Armées Nationales, dont Wakat Séra a reçu copie, ce lundi 28 décembre 2020.

Les Forces Armées Nationales qui poursuivent les opérations de sécurisation du territoire national dans le cadre de la lutte contre les attaques armées, affirment avoir découvert au cours de la semaine du 21 au 27 décembre 2020, « un objet suspect (…) qui s’apparentait à un engin explosif improvisé ».

« Les équipes de déminage du Génie Militaire sont intervenues pour neutraliser l’objet », informe le communiqué de l’Armée.

Le 22 décembre 2020, l’armée étant informée des actions de harcèlement menées par des individus armées sur ces populations, aux environs de Mansila, y a déployé des unités de l’armée nationale, dans but de sécuriser les populations et effectuer des opérations de ratissage.

Au cours de la semaine écoulée, les militaires ont effectué en tout 14 opérations aériennes (appui aérien, suivi de convoi, transport et fret), 54 opérations de sécurisation de marchés et lieux de culte et 318 patrouilles et escortes.

« Les Forces Armées Nationales ont assuré le transport, par voie aérienne, de matériels divers au profit du Ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille », lit-on dans le document de l’armée, qui précise que « cette action entrait dans le cadre d’un ravitaillement pour soutenir les personnes déplacées internes du Centre-Nord ».

Ils ont également aidé à la réinstallation de personnes déplacées internes dans certaines localités.

Depuis quelques années maintenant, le Burkina Faso fait face à des attaques répétées, qualifiées d’actes de terrorisme, qui ont fait plusieurs victimes et des milliers de déplacés internes.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire