Accueil Société Burkina: Une cérémonie pour valoriser la filière légumineuse prévue du 10 au...

Burkina: Une cérémonie pour valoriser la filière légumineuse prévue du 10 au 11 février

650
0
Ministre burkinabè de l'Agriculture, Jacob Ouédraogo

Une cérémonie pour valoriser la filière légumineuse est prévue se tenir du 10 au 11 février 2017 à Kongoussi (Centre-nord burkinabè) et à Ouagadougou, selon le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques Jacob Ouédraogo pour qui « les aménagements des sites de l’événement sont en voie d’achèvement ».

« Valorisation des légumineuses dans le cadre des ODD (Objectifs de Développement Durable) et pour la résilience au changement climatique », c’est sous ce thème que se tiendra cette cérémonie de clôture de l’Année internationale des légumineuses qui vise à présenter et partager des modèles de réussite issus du monde entier dans la chaîne de valeurs légumineuses.

Au moins 600 acteurs du développement rural en général et de la filière légumineuse en particulier sont attendus à cet événement.

« Le 10 février 2017, nous nous rendrons à Kongousssi, précisément sur les berges du Lac Bam où le président Roch Kaboré et le directeur général de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), ainsi que d’autres parties prenantes de la filière Légumineuses vont s’adresser au monde entier dans le sens de la promotion de cette filière, avant de procéder à la visite de l’aire de la foire et de la parcelle d’exploitation de niébé », selon le programme décliné par M. Ouédraogo.

Egalement il est prévu pour le 11 février 2017 à Ouagadougou, des rencontres thématiques auxquelles prendront part dix producteurs par région et des experts autour des stratégies de développement de la filière des légumineuses et une foire aux savoirs et des démonstrations culinaires seront organisées.

Au Burkina, les principales légumineuses à graines sèches cultivées sont le niébé, le voandzou et le soja.

Pour l’année 2017, la production de légumineuses au Burkina est de « 700 000 tonnes pour le niébé et 56 000 tonnes pour le voandzou », a déclaré le ministre Ouédraogo pour qui la production mondiale « était estimée en 2014 à 66 913 513 tonnes pour des superficies de 75 921 434 hectares ».

« En général, les légumineuses sont cultivées pour leurs graines dont les qualités nutritionnelles sont mondialement reconnues ». En effet, les graines des légumineuses sont autant riches en protéine que la viande, regorgent des minéraux et vitamines, aident à faire le plein de fibres, ne contiennent pas de gluten et ont un index glycémique bas », a-t-il expliqué.

Mohamed ZOUNGRANA

Laisser un commentaire