Accueil Société Campagne « Fasotoilettes » 2017: L’épouse de Roch Kaboré appelle à la solidarité pour...

Campagne « Fasotoilettes » 2017: L’épouse de Roch Kaboré appelle à la solidarité pour « une vie saine »

Sika Kaboré marraine de la campagne Fasotoilettes

Sika Kaboré l’épouse du président burkinabè Roch Kaboré a appelé « chacun et chacune » à la solidarité envers les proches en les offrant des toilettes en vue d’ »une vie saine » au Burkina. Lire une retranscription de son interview face à la presse lors du lancement de la campagne « Fasotoilettes » 2017, le 23 janvier à Ouagadougou.

Pourquoi avez-vous accepté accompagner cette campagne « Fasotoilettes » 2017 ?

C’est pour des raisons économique, d’hygiène, de salubrité et d’assainissement de notre milieu de vie que je me suis investie dans cette campagne « Fasotoilettes » 2017 qui vise à offrir des toilettes à nos parents du village, à nos voisins qui en sont démunis, à la communauté dans laquelle nous vivons, à offrir des toilettes à la ville ainsi que Sana Bobo le dit : « quand on se promène et on sent un besoin pressant qu’on puisse le faire ».

A quoi va consister votre investissement ?

Personnellement je vais m’investir parce que je pense que c’est un devoir pour chacun d’entre nous. Quand vous savez que le WC de base ne coûte que 50.000 F CFA, je crois que chacun et chacune d’entre nous peut faire quelque chose pour ses proches. Moi-même je vais m’investir, je vais promouvoir ce message partout où je passerai cette année, inviter les femmes à offrir des toilettes à leur famille, voisin ou à leur village. Je pense que c’est la meilleure manière pour moi de m’investir pour une vie saine.

Il faut que dans les écoles aussi qu’on puisse avoir des toilettes.

Est-ce qu’il y a des zones de priorités pour cette campagne ?

Des zones de priorités, je dirai oui et non, parce que comme vous le savez, aussi bien en zone rurale qu’en zone urbaine, il ya des communautés et villages dans lesquels il n’y a pas de toilette et où des gens continuent à aller en plein aire faire leur besoin.

Mohamed ZOUNGRANA

Laisser un commentaire