Accueil A la une Chloroquine contre le Covid-19: ça soigne ou ça ne soigne pas?

Chloroquine contre le Covid-19: ça soigne ou ça ne soigne pas?

715
0
Chloroquine, efficace ou inefficace contre le Covid-19? (Ph. rci.fm)

Comme un coup de tonnerre, la nouvelle est tombée, renforçant les inquiétudes et les incertitudes dans la lutte contre le Covid-19. L’association de l’hydroxychloroquine et de l’Azithromicyne ne serait plus efficace pour traiter les malades de la pandémie. Une étude publiée par la revue médicale, The Lancet, a montré l’inefficacité du produit. La France qui a finalement utilisé ce protocole, bien entendu après une réticence prononcée, a même pris un décret qui abroge celui qui autorisait l’hydroxychloroquine comme médicament dans le traitement des patients atteints du Covid-19. Et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a enfoncé le clou. L’OMS, en raison de craintes pour la sécurité sanitaire, a simplement suspendu les essais cliniques de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19. Pourtant, l’infectiologue marseillais, le Pr Didier Raoult, chantre et défenseur devant l’Eternel de ce médicament, continue, preuves à l’appui, d’en louer les vertus. Pour le héros de bien des médecins et même des malades qui auraient recouvré la santé grâce à la chloroquine, rien n’a changé. Il affirme qu’il n’y a eu aucune mort subite parmi les patients traités par l’hydroxychloroquine et l’azithromicyne et ceux qui ont connu la guérison ne présentent aucun signe de troubles cardiaques. Mais la controverse autour de la chloroquine continue de faire rage.

En tout cas, de nombreux pays qui ont fait l’option du protocole de soin de la chloroquine, n’ont pas encore enclenché la marche arrière et n’entendent pas le faire de sitôt d’ailleurs. Si aux Etats-Unis, l’imprévisible Donald Trump a même avoué l’utiliser en préventif, peut-être pour faire un pied de nez à l’OMS dont il fait aujourd’hui son souffre-douleur, le Brésil maintient sa confiance à la chloroquine, et la Chine ne l’a pas désavouée, tout comme l’Inde qui en est le premier pays producteur, en a de nouveau autorisé l’exportation après l’avoir interdite, sans doute pour en disposer en quantité suffisante pour sa forte population.

Et l’Afrique dans tout ça? Certes, le continent noir, en comparaison avec d’autres est le moins touché, mais comme à l’accoutumée, par mimétisme, a copié tout ce qui vient de l’occident. C’est ainsi que nombre de pays africains ont adopté la chloroquine comme moyen de traitement du Covid-19. Ce choix avait même occasionné, au Burkina Faso par exemple, la «ruée vers la chloroquine» qui s’est terminée par une rupture de stock de ce produit dans toutes les pharmacies à l’époque. D’autres pays, ont essayé de se tourner vers la pharmacopée traditionnelle, mais une option qui est restée au niveau des populations qui se sont précipitées, sur cette richesse médicinale naturelle dont l’Afrique peut s’enorgueillir. Mais dans le domaine, c’est Madagascar qui tient la vedette, avec son Covid-Organics qui continue de faire l’objet de controverse alors que le président malgache, Andry Rajoelina, qui en a fait don a bien des pays africains, n’a de cesse d’en vanter les vertus de guérison.

L’Afrique profitera-t-elle de cette pandémie pour retourner à sa pharmacopée traditionnelle et surtout mettre l’accent sur les recherches qui lui permettront de s’émanciper des grands lobbys pharmaceutiques occidentaux qui déversent du tout, et même, selon certains, des produits nocifs, sur le continent? Il faut l’espérer, afin que le paradigme de la maladie qui se trouve au sud et le médicament au nord soit inversé pour de bon. En attendant, la leçon à retenir de la polémique incessante sur l’utilisation de la chloroquine est que le Covid-19, entre bagarres scientifiques, mauvais choix politiques et guerre des egos, demeure encore une nébuleuse pour le monde des humains.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire