Accueil Brèves Covid-19: l’obtention électronique du pass sanitaire et du paiement des tests PCR...

Covid-19: l’obtention électronique du pass sanitaire et du paiement des tests PCR opérationnalisée

La carte physique des bénéficiaires du vaccin du Covid-19

Les responsables des directions du Système d’Information en Santé (DSIS) et de la Prévention par les Vaccinations (DPV) ont indiqué le vendredi 10 septembre 2021 que les plateformes électroniques pour l’obtention du pass sanitaire après la vaccination de la Covid-19 et le paiement des tests PCR sont opérationnelles, lors d’une conférence de presse à Ouagadougou. «Dans beaucoup de pays maintenant, le pass sanitaire est devenu obligatoire», a prévenu le directeur du Système d’information en santé (DSIS), Dr Boukari Ouédraogo.

Le ministère de la Santé a, depuis un certain temps, mis en place des plateformes pour soulager les bénéficiaires des services dont les tests PCR et de la vaccination de la Covid-19. Lors de sa démonstration sur le processus du paiement des tests PCR en ligne et la procédure à suivre pour télécharger son pass sanitaire en ligne après la vaccination, Dr Bry Sylla a fait savoir que pour les deux procédés, le lien à suivre pour avoir accès à la partie des renseignements avant validation est le https://covidinfo.sante.gov.bf. Une fois le processus validé, le bénéficiaire reçoit un code personnel par sms afin qu’il puisse le télécharger sur un PDF.

Dans les deux situations, « les données doivent être exactes parce qu’une erreur de saisie ne permet pas de valider le processus. Soyez également sûrs que toutes vos données ont été reportées », a insisté Dry Sylla qui a montré que le numéro de téléphone qui a servi au remplissage est « très important ». Pour la carte vaccinale, son impression est faite gratuitement par le ministère et au lieu de l’impression, c’est le numéro qui a servi pour le remplissage qui est demandé.

Le Directeur du Système d’Information en Santé (DSIS), Dr Boukari Ouédraogo en Faso Dan Fani et le Directeur de la Prévention par les Vaccinations, Dr Issa Ouédraogo

Dr Bry Sylla a rassuré que la carte possède deux QR code qui font qu’« on ne peut pas la falsifier ». Aussi, il a interpellé les bénéficiaires de cette carte sur son « hologramme » qui est important parce qu’il ne se présente pas de la même manière à l’état physique et à l’état électronique. « Quand une carte n’a pas de l’hologramme en haut à gauche de la carte, c’est que c’est une fausse carte », a-t-il laissé entendre avant de garantir que les bénéficiaires peuvent voyager avec la version électronique.

« Il y a beaucoup de voyageurs qui ne savent pas qu’à partir d’un certain moment, on ne peut plus aller sur le site pour faire un paiement sous format notamment cash. Tout le paiement est devenu complètement dématérialisé. Donc la plateforme permet à tout le monde non seulement d’anticiper déjà sur le voyage, depuis la maison, de pouvoir prendre son rendez-vous et d’aller maintenant sur le site de voyage pour faire son prélèvement », a signifié Dr Boukari Ouédraogo qui invite la population à pouvoir s’approprier ces nouveaux outils de communication à limiter les déplacements des bénéficiaires.

L’image du lien du ministère pour le téléchargement des deux procédés

Selon M. Ouédraogo, « dans beaucoup de pays maintenant, le pass sanitaire est devenu obligatoire. Il y a certaines compagnies où pour prendre le vol, il faut forcément un pass sanitaire ». Il a estimé que « certainement bon nombre de voyageurs ne sont pas au courant de cette information » et « donc, il était important de montrer le processus à la population ».

Pour le directeur du Système d’Information en Santé (DSIS), « avec cette innovation qui est très facile d’utilisation, cela va contribuer à la sensibilisation » pour le vaccin contre le Coronavirus. Il a dit espérer « ceux qui vont recevoir le pass vont contribuer à motiver les plus sceptiques » à aller se faire vacciner.

Une vue de la version électronique de la carte vaccinale

Le Burkina Faso fait partie des « rares pays où le pass est dématérialisé et nous avons même reçu beaucoup d’encouragements qui ont trouvé que cette initiative du ministère de la Santé a vraiment permis de faire la différence avec les autres pays », a-t-il tenu à souligner.

A la suite de la démonstration pour le processus du paiement électronique et le téléchargement du pass sanitaire, il a noté qu’il est « très important pour celui qui part pour se faire vacciner, d’abord d’être sûr que le carnet provisoire bleu qu’on a mis à sa disposition contient effectivement son identifiant unique et son numéro de téléphone personnel ».

Tout comme le Dr Bry Sylla qui a fait la présentation des procédés électroniques aux journalistes, le Dr Boukari Ouédraogo, a répété que lors du remplissage après la vaccination, les données à renseigner, notamment celle de « téléphone, du Numéro identifiant unique et la date de naissance, doivent être exactes ». En plus, a-t-il continué, « celui qui n’a pas terminé sa série vaccinale, parlant notamment du vaccin AstraZeneca, si vous avez fait une seule dose et que la deuxième dose n’est pas renseignée dans la plateforme, ça ne sera pas possible d’obtenir la carte vaccinale ».

Pour l’instant, le ministère de la Santé ne délivre la carte vaccinale qu’à ceux qui en ont besoin selon l’urgence. Et selon les conférenciers, la carte est actuellement délivrée prioritairement aux voyageurs. Ils ont rassuré que des imprimantes seront envoyées dans les semaines à venir dans chaque direction régionale du ministère pour la confection des cartes.

Le ministère de la Santé dispose actuellement de trois imprimantes pour la confection des cartes et chaque imprimante peut produire « trois cartes par minute, 180 cartes à l’heure et 3 000 cartes par jour. A ce jour, « 500 cartes » ont été retirées.

Sur la préférence du vaccin, le directeur de la Prévention par les Vaccinations, Dr Issa Ouédraogo, a affirmé qu’« un certain nombre de vaccins vont venir compléter » les deux vaccins existants que sont Johnson and Johnson et AstraZeneca.

Dr Issa Ouédraogo a aussi déclaré que pour les femmes enceintes, le vaccin de la Covid-19 est « recommandé seulement à celles qui présentent une comorbidité ou celles qui sont dans des milieux à haut risque comme les agents de santé ».

A la date du 4 septembre 2021, « 120 937 personnes » ont été vaccinées contre la Covid-19.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire