Accueil A la une Crise au CDP: Blaise Compaoré a tranché

Crise au CDP: Blaise Compaoré a tranché

3638
0
L'ex-président burkinabè, Blaise Compaoré

L’ex-président burkinabè Blaise Compaoré, a adressé ce vendredi 11 octobre 2019, en guise de réponse à la «grave» crise que traverse son parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), deux correspondances aux camps en conflit, pour, entre autres, demander la levée des sanctions et suspensions et le retrait des plaintes portées en justice contre la direction du parti.

A l’issue des échanges que le fondateur du CDP a eus avec les deux délégations des parties opposées au sein de l’ex-parti au pouvoir, le 7 octobre, et après exploitation des documents relatifs à la crise, Blaise Compaoré a invité le président Eddie Komboïgo, premier responsable du CDP, «à prendre note qu’(il) regrette de n’avoir pas été consulté sur la nature et le niveau des sanctions prononcées contre un certain nombre de camarades dans les conditions qui ont été décrites».

Aussi, l’ex-homme fort de Kosyam, contraint à la démission suite à une insurrection populaire fin octobre 2014, invite, dans son adresse, M. Komboïgo, «à prendre les dispositions utiles pour rapporter» lesdites sanctions. «En effet, comme je vous le signalais dans ma correspondance du 02 octobre 2019, ces mesures pourraient être grandement dommageables pour la dynamique de l’action du parti et pour son ambition électorale», a écrit M. Compaoré.

«Par ailleurs, il est hautement souhaitable que la direction actuelle du (CDP) aille dans le sens du dialogue, de la cohésion, de l’unité et du rassemblement comme cela a été de tout temps depuis sa création le 5 février 1996», recommande l’ancien président exilé à Abidjan en Côte d’Ivoire. Il a enfin, «félicité» Eddie Komboïgo pour «l’excellente animation du parti qu’ (il) a su organiser depuis (son) retour à la tête (du CDP)». Il a terminé sa correspondance en souhaitant «être tenu informé des diligences que (Eddie Komboïgo) prendra pour la mise en œuvre des préoccupations énoncées ci-haut».

Quant au camp opposé à la direction de l’ex-parti majoritaire, Blaise Compaoré, dans une autre correspondance, l’informe qu’il a «saisi la direction politique du CDP afin de rapporter les sanctions qui ont été prises contre (elle) dans les conditions que l’on sait».

«J’invite tous les sanctionnés à se tenir prêts pour rejoindre les rangs, travailler dans la discipline, l’unité et la cohésion pour un CDP toujours plus fort et plus victorieux», lit-on dans la missive qui appelle «tous ceux qui, pour des raisons diverses, se sont tournés vers la justice de procéder à l’arrêt et au retrait immédiats de toutes les plaintes».

L’ancien chef de l’Etat qui a régné pendant 27 ans au pouvoir au Burkina Faso, recommande que «les querelles intestines soient gérées conformément aux dispositions des statuts et règlements intérieurs du parti».

Pour «les autres préoccupations évoquées», l’ancien patron de Kosyam rassure dans la lettre adressée au délégués des sanctionnés, qu’elles «seront traitées ultérieurement après de larges concertations qu’(il) envisage mener dans les prochains jours».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire