Accueil Dernière Actu Décès d’un patient à Souro Sanou : Il « frappe » un interne pour « négligence »...

Décès d’un patient à Souro Sanou : Il « frappe » un interne pour « négligence » et l’hôpital est paralysé

Hopital Souro Sanou

Ambiance électrique  au Centre hospitalier universitaire Souro Sanou à Bobo-Dioulasso. Un accompagnant qui a perdu son malade, selon un témoin, aurait frappé un interne qu’il accuse de négligence. Suite à cela, les autres agents de santé ont tenu une Assemblée générale sur le coup et ont décidé d’observer un arrêt de travail de 24 heures en soutien au collègue qui aurait été agressé. Cet arrêt de travail à son tour fait des gorges chaudes.

Les esprits sont surchauffés des deux côtés : les agents de santé disent réagir à l’agression d’un des leurs, tandis que l’accompagnant, déjà dans la douleur de la perte d’un  proche, en veut à l’agent de santé qui selon lui est, par « négligence », à l’origine du décès.

Question: pourquoi dans ce cas observer un arrêt de travail aussi inopiné, mettant ainsi en difficulté les autres patients? N’aurait-il pas fallu trouver un autre mode de réaction, surtout quand on se souvient, en tant que médecin de son serment d’Hippocrate? Il ne faut pas lâcher les malades, qui, en ces moments ne savent plus à quel saint se vouer. En pareilles circonstances, les règles de la République recommandent de confier l’affaire aux juridictions compétentes si tant est que l’on pense avoir subi un tort. Les deux parties doivent, donc,  savoir raison garder.

La personne décédée serait un orpailleur arrivé grièvement blessé, suite à une bagarre sur un site minier.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire