Accueil Politique Elections de 2020 au Burkina: l’opposition en ordre de bataille contre le...

Elections de 2020 au Burkina: l’opposition en ordre de bataille contre le nouveau code électoral

1470
0
Le leader de l'opposition burkinabè, Zéphirin Diabré

La quarantaine des députés de l’opposition burkinabè qui a boycotté le vote du nouveau code électoral hier lundi, a convié la presse en cette matinée du mardi 31 juillet 2018, pour s’expliquer sur son acte et donner sa position sur la question. Les groupes parlementaires de l’Union pour le changement et le progrès (UPC), du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) et de la Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN), ont indiqué qu’ils n’allaient pas se laisser faire car le nouveau texte électoral «est une régression démocratique».

En vue des prochaines consultations électorales qui devront avoir lieu en 2020 au Burkina, l’opposition, déjà en ordre de bataille, a décidé de lutter en rang serré. Prévue pour se tenir hier, c’est finalement aujourd’hui que les députés de l’opposition ont animé leur conférence de presse pour une fois encore signifier leur ras-le-bol contre l’adoption du nouveau code électoral qui, selon eux, comporte des germes de divisions sociales. A cet effet, les représentants de l’opposition ont eu le soutien des responsables, militants et sympathisants de leurs partis respectifs.

En effet, le siège du Chef de file de l’opposition (CFOP) a été pris d’assaut ce mardi 31 juillet dans la matinée par près de 200 militants de la trentaine de partis membres de l’opposition pour témoigner leur soutien à leurs représentants et en même se démarquer du code électoral nouvellement adopté.

Les trois responsables des députés de l’opposition. De la gauche à la droite, Alphonse Nombré (vice-président du groupe CDP), Nicolas Da (président du groupe UPC) et François Bacyé ( président PJRN)

Et, le message est le même depuis ce bras de fer qui oppose l’opposition à la majorité. Alors les militants de l’opposition entendent ainsi, interpeller la majorité sur le caractère sélectif du code électoral qui, à n’en pas douter, «empêchera beaucoup de Burkinabè de la diaspora» de ne pas pouvoir voter en 2020, puisque le texte oblige les votants à ne s’acquitter de leur droit de citoyen qu’avec leur Carte nationale d’Identité Nationale Burkinabè (CNIB) ou le passeport en cours de validité. Le code électoral demande également à tous les électeurs de la diaspora de ne se rendre qu’aux ambassades et consulats pour pouvoir voter, a déploré l’opposition.

Pour le député de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), François Bacyé, «le vote des Burkinabè de la diaspora est avant tout une question de justice sociale», invitant le gouvernement du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) à tenir compte de leurs propositions.

Le leader de l’opposition Zéphirin Diabré, a d’abord rappelé que le processus du vote des Burkinabè a été lancé depuis 2009, rejetant tout net la politique de la majorité actuelle qui se réclamerait seul le succès de cette orientation politique. Et, à propos, M. Diabré qui a été reconduit le 23 juillet à la tête de l’UPC pour quatre ans, a indiqué qu’en son temps, ce sont trois pièces que sont la «CNIB, la carte consulaire et le passeport» qui avaient été retenues comme documents de vote des Burkinabè de la diaspora.

C’est la raison pour laquelle, l’opposition, à cette conférence de presse, s’est demandée «pourquoi» la majorité à écarter la carte consulaire comme document de vote. L’opposition se dit «inquiète» du discours de la majorité tendant à mettre en cause la fiabilité de la carte consulaire des Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire car cela pourrait «être utilisé» contre les compatriotes résidant sur le territoire ivoirien.

Le président du CDP, Eddie Komboïgo

Le président du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP, ex-majorité) Eddie Komboïgo, s’est demandé «comment le gouvernement en temps et en moyens fera pour doter nos compatriotes de l’étranger de la CNIB d’ici 2020», afin qu’ils puissent établir leur carte électorale et voter. Pour le premier responsable du parti fondé par l’ex-chef de l’Etat Blaise Compoaré qui jouirait d’une forte popularité auprès des Burkinabè vivant en CI, c’est déjà une politique vouer à l’échec et le CDP de concert avec les autres partis frondeurs à cette loi, s’érigeront contre ce texte pour permettre aux «985 000 détenteurs de cartes consulaires» de pouvoir voter en 2020.

Me Gilbert Noël Ouédraogo, président de l’ADF-RDA

Le point de vue du parti de Blaise Compaoré, exilé depuis fin octobre 2014 à Abidjan, a été partagé par le président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), Me Gilbert Noël Ouédraogo, qui appelle également à faire bloc contre le code électoral qui divise les Burkinabè.

En somme, même si l’opposition a signifié qu’elle n’allait pas confier ses stratégies futures de lutte contre ce qu’elle qualifie de «forfaiture», elle a, notamment par le discours de son premier responsable, Zéphirin Diabré, appelé ses militants et sympathisants à rester mobilisés pour les «batailles futures».

Les députés de l’opposition après les débats à l’Hémicycle ont quitté la plénière en guise de protestation contre le nouveau code électoral qu’ils qualifient d’un «grave recul démocratique».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire