Accueil Economie Entrepreneuriat: Des jeunes et femmes à la recherche de financement à Ouagadougou

Entrepreneuriat: Des jeunes et femmes à la recherche de financement à Ouagadougou

Des jeunes et femmes à la recherche du financement de leurs projets

Alignés en file indienne, sous un soleil ardent, des dizaines de jeunes et femmes souhaitant réaliser leurs projets, ont pris d’assaut, depuis lundi 26 juin à Ouagadougou, les sites de dépôt de dossiers pour le Programme d’Autonomisation économique (PAE/JF), lancé par le gouvernement burkinabè.

Les jeunes âgés en moyenne entre 20 et 30 ans et les femmes qui défilent devant les agents receveurs de dossiers, voient en ce projet estimé à 16 500 000 000 de francs CFA soit en moyenne 5 500 000 000 de francs CFA par an, « une opportunité » de réaliser leurs rêves.

Par ce programme le gouvernement, entend ainsi « contribuer à la réduction du chômage et du sous-emploi des jeunes et des femmes au Burkina ».

« C’est une belle initiative et on espère que le gouvernement va tenir parole parce que nous les jeunes actuellement avons vraiment besoin de travailler », a apprécié Souleymane Ouattara qui est à la recherche de fonds pour investir dans l’agriculture. S’il invite le gouvernement à multiplier ce genre de programme, M. Ouattara n’oublie pas d’interpeler les jeunes comme lui à « être très entreprenants en montant des projets qui puissent apporter un plus, pas seulement pour le responsable du projet, mais aussi pour le Burkina » tout entier.

Dépôt des dossiers pour le financement des projets

Depuis l’ouverture des guichets le lundi 26 juin, il y a eu « pratiquement 2 500 » personnes qui ont déposé leurs dossiers auprès du Fond d’Appui aux Initiatives des Jeunes (FAIJ), un « engouement » bien apprécié par le coordinateur du Programme d’Autonomisation économique des Jeunes et des Femmes (PAE/JF), le Dr Soumïla Bitibaly.

Pour le moment la seule difficulté rencontrée est la « rupture de fiches de demande », a confié le Dr Bitibaly, selon qui « des guichets ont été ouverts pour les handicapés afin qu’ils puissent facilement postuler ».

Si Souleymane Ouattara souhaite investir dans l’agriculture, d’autres préfèrent mettre leurs fonds dans le commerce comme Judith Ouédraogo, vendeuse de vêtements et de plats. Quant à Issouf Sawadogo, la trentaine, qui a besoin de « 800 mille francs CFA », affirme vouloir investir dans l’élevage: « J’ai 700 mille francs CFA et je cherche 800 000 FCFA pour compléter », a-t-il déclaré.

Des femmes qui déposent leurs demandes de financement

Le PAE/JF est un programme lancé dans toute l’étendue du territoire national. A Ouagadougou quatre sites ont été retenus pour le dépôt des dossiers qui se tient du 26 juin au 05 juillet 2017. Il s’agit de la maison de la Culture Jean Pierre Guingané, le Palais des Sports de Ouaga 2000, le Musée national et l’Institut des Sciences du Sport et du Développement humain ex-INJPS.

A Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina, les demandes des propriétaires de projets pourront être reçues à la Maison de la Culture, au stade Wobi et au stade Sangoulé Lamizana.

Dans les autres régions, les sites de dépôt sont les guichets uniques des fonds du ministère en charge de la jeunesse, le Fonds d’appui aux initiatives des jeunes (FAIJ), le Fonds d’appui à la promotion de l’emploi (FAPE), le Fonds d’appui au secteur informel (FASI) et le Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes(FAARF).

De ce programme, il est attendu 30 000 micro-projets de jeunes et femmes financés, le renforcement de capacités de 30 000 jeunes et femmes, la création et la consolidation de 90 000 emplois directs et 100 000 emplois indirects.

Le PAE/JF qui a comme cibles les jeunes et les femmes, prévoit un taux d’intérêt de 0% applicable aux personnes vivant avec un handicap, 1% pour les jeunes et les femmes et 2% pour les jeunes titulaires de diplômes post baccalauréat. La durée du prêt est de 36 mois maximum avec un différé de un à six mois.

Le lancement de ce programme avait été annoncé le 19 juin par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Daouda ZONGO

Laisser un commentaire