Accueil Monde France: des accusations de viol ont aussi  eu raison du gouvernement 1...

France: des accusations de viol ont aussi  eu raison du gouvernement 1 de Élisabeth Borne

Remaniement ministériel en France, Elisabeth Borne enregistre des entrants mais surtout des sortis

Les défaites de Amélie de Montchalin, de Brigitte Bourguignon et de Justine Bénin dans leur circonscription respective aux dernières élections législatives en France, mais aussi les accusations de viol portées contre Damien Abad et surtout le nouvel équilibre précaire au Palais Bourbon ont rendu nécessaire une série de changements, le lundi 4 juillet 2022, et ont également permis de nouvelles entrées au sein du gouvernement 2 de Élisabeth Borne.

Un remaniement gouvernemental a été annoncé, le lundi 4 juillet 2022, par l’Exécutif français. Une suite logique des scrutins parlementaires qui se sont tenus les dimanches 12 et 19 juin derniers ainsi que de l’élection de la désormais ex-ministre Yaël Braun-Pivet à la présidence de l’Assemblée nationale, selon des médias français.

En effet, le principal enseignement de ce remaniement est justement le débarquement de Damien Abad du gouvernement Élisabeth Borne, accusé de violences sexuelles et visé par une enquête judiciaire.

Par ailleurs, plusieurs personnalités ont fait leur entrée au gouvernement de France.

Olivier Véran, jusque-là ministre des Relations avec le parlement et précédemment ministre de la Santé pendant la crise de la Covid-19, a été nommé porte-parole du gouvernement en remplacement de Olivia Grégoire. Il sera plus particulièrement «chargé du renouveau démocratique».

Le directeur de la Croix-Rouge française Jean-Christophe Combe a été nommé ministre chargé des Solidarités et des personnes handicapées, en remplacement de Damien Abad visé par une enquête pour tentative de viol.

Le médecin urgentiste François Braun est nommé ministre de la Santé et de la Prévention en remplacement de Brigitte Bourguignon, battue aux élections législatives de quelques dizaines de voix dans le Pas-de-Calais. Ce dernier a été d’ailleurs récemment chargé par Emmanuel Macron d’une «mission flash» à Samu-Urgences de France.

Marlène Schiappa, fidèle de Emmanuel Macron, est nommée secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire et de la Vie associative.

De même, l’ex-préfet en Guadeloupe et Saint-Pierre-et-Miquelon, Jean-François Carenco a remplacé Yaël Braun-Pivet aux Outre-mer et le maire d’Angers, Christophe Béchu est arrivé à la Transition écologique. Le député MoDem, Jean-Noël Barrot est devenu, lui, ministre délégué au Numérique. Quant au maire de Clichy-sous-Bois Olivier Klein, il a hérité du Logement et l’édile de Beauvais, Caroline Cayeux a été placé dans les Territoires.

À noter par ailleurs que Marlène Schiappa, qui avait passé le premier quinquennat de Emmanuel Macron au gouvernement (d’abord à l’Égalité femme-homme puis à la Citoyenneté), est revenue en responsabilité. Ainsi, elle est désormais chargée de l’Économie sociale et solidaire puis de la vie associative, selon des témoignages de la radio et télévision financière (Business Frequency Modulation), BFMTV.

Elu sur le fil député à Paris, Clément Beaune est passé des Affaires européennes aux Transports et l’ancienne conseillère de François Hollande, l’économiste Laurence Boone lui a succédé en Europe. Par ailleurs, Geneviève Darrieussecq, qui avait passé cinq ans au gouvernement durant le premier quinquennat du président Macron, a fait son retour dans la nouvelle équipe de Mme Borne au poste de ministre déléguée à l’Autonomie.

Le président Emmanuel Macron a convoqué, à 16 h, un Conseil des ministres à l’Élysée. Le nouveau gouvernement de Élisabeth Borne est composé de 31 ministres et 10 secrétaires d’État dont 19 femmes.

Par Lassané SAWADOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire