Accueil A la une Gouvernement Dabiré II: la nomination de Diabré découle d’une «décision souveraine» de...

Gouvernement Dabiré II: la nomination de Diabré découle d’une «décision souveraine» de l’UPC

Zéphirin Diabré, président de l'UPC

La nomination de l’ex-leader de l’opposition politique burkinabè, en tant que ministre dans le gouvernement II de Christophe Marie Joseph Dabiré, découle d’une « décision souveraine » de son parti, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), a affirmé son président, Zéphirin Diabré, lors d’une cérémonie de présentation de vœux ce mardi 12 janvier 2021, à Ouagadougou.

Le siège de l’UPC a été pris d’assaut dans la soirée de ce mardi par ses militants et sympathisants, la majorité habillés aux couleurs du parti, et les intraitables journalistes qui ne voulaient surtout pas rater l’occasion pour aucune raison au monde, pour poser des questions en vue de comprendre le nouveau positionnement qu’a adopté le désormais ex-chef de file de l’opposition politique burkinabè.

Il est 16H (Gmt) à notre montre quand le maître de cérémonie, l’air décontracté, a demandé à la cabine technique de baiser la musique dont la chanson demandait aux Burkinabè de travailler à préserver la « cohésion sociale » pour l’épanouissement individuel et collectif des communautés qui composent ce monde. C’est une ambiance infernale accompagnée par les maux réconfortants du MC que le guide de l’UPC s’est installé sur la table du présidium, sous des ovations biens nourries de ses militants et sympathisants qui se tenaient tous, à cet instant précis, débout, pour le début véritable de la présentation des « meilleurs vœux » du parti. A côté du présidium, un gros poster de Zéphirin Diabré sur lequel est écrit « Le choix de l’unité nationale » était accroché, bien visible en arrière plan.

Les mots du MC sont choisis pour démarquer le désormais ex-CFOP de sa tunique de combattant politique. M. Diabré est désigné par ce dernier, « Son excellence monsieur le ministre d’Etat ». Une phrase  qui sera répété plusieurs fois tout au long de la cérémonie, notamment, par le responsable du siège du parti, Jean Léonard Bouda et le secrétaire général de l’UPC, Rabi Yaméogo, comme pour dire admirateurs de l’ex-leader de l’opposition que c’est désormais l’appellation qui doit convenir à leur mentor qui veut apporter sa contribution au pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) qui a annoncé vouloir faire de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, son leitmotiv pour le développement du Burkina.

« Excellence le ministre d’Etat, nous voilà en 2021, le plus grand cadeau que les militants vous donnent est la réconciliation et la cohésion à l’interne et vous laissent s’occuper de cette même mission pour toute la nation entière », a adressé Rabi Yaméogo lors de son speech à à M. Diabré, la vedette du jour au cœur de vives critiques par certains citoyens qui ne comprennent pas sa décision de se rallier à un pouvoir qu’il a combattu de par le passé.

Avec une voix empreinte de sérénité comme on le lui connaissait, Zéphirin Diabré, après avoir rendu hommage aux militants et aux amis, notamment, Soumaïla Cissé (leader de l’opposition malienne), qui sont décédés en 2020, a salué ses nouveaux élus qui vont siéger à l’Assemblée nationale. Il les a exhortés à travailler au rayonnement de la démocratie au Burkina Faso.

« Par leurs votes, à l’occasion des élections législatives, les Burkinabè ont exprimé clairement leur volonté de ne plus voir notre parti, l’UPC, siéger au chef de file de l’opposition politique. Ils ont donc choisi d’opérer une alternance au niveau du CFOP », a déclaré Zéphirin Diabré, ajoutant qu’« en tant que bon démocrate » son parti en prend « acte ». Il a saisi l’occasion pour présenter, toutes ses « chaleureuses félicitations au nouveau chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo et à son parti le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) », avant de demander qu’avec lui, ses militants et sympathisants « souhaitent tous que par leur (opposition) action, ils contribuent à renforcer la qualité du débat démocratique » du Burkina.

Au sortir des élections du 22 novembre 2020, le président du Faso, réélu, Marc Roch Christian Kaboré, a proposé à « notre parti et à son président d’apporter leurs contributions dans la gestion des affaires du pays, notamment, sur la question haut combien délicate, (…) incontournables de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale », a-t-il indiqué. « Au regard de ce que cet enjeu représente pour le destin du Burkina Faso, prenant en compte notre position constante sur la question, et considérant ce que nous pouvons apporter comme contribution vu notre positionnement sur l’échiquier national, avant et après l’insurrection populaire de 2014, l’UPC a décidé de manière souveraine de répondre favorablement au président Kaboré », a déclaré l’ex-chef de file de l’opposition.

La question de la nomination de Zéphirin Diabré « est d’abord pensée par les responsables et les militants de l’UPC », selon son président qui a poursuivi que le parti du Lion est engagé en politique en décidant de lui-même. « Tout choix que nous faisons, qu’il soit stratégique ou tactique, c’est d’abord à nous-mêmes que nous devons rendre compte et non à personne d’autre », a-t-il martelé sous les applaudissements de l’assistance.

De 33 députés en 2015, l’UPC a dégringolé lors des législatives du 22 novembre 2020, avec moins de 20 députés.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire