Accueil Opinion Gouvernement Thiéba III: Ablassé Ouédraogo appelle à la « vigilance »

Gouvernement Thiéba III: Ablassé Ouédraogo appelle à la « vigilance »

316
0
SHARE
Dr Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso Autrement (Ph. burkina24.com)

Ceci est une réaction du président du parti de Le Faso Autrement, Ablassé Ouédraogo, à la suite du dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018. Pour M. Ouédraogo « la désillusion est totale et générale puisque malheureusement, le chef de l’Etat burkinabè (Roch Kaboré) et son Premier Ministre (Paul Kaba Thiéba) n’ont procédé qu’au jeu de chaises musicales dans ce remaniement », appelant la population à la « vigilance ».

Le dernier remaniement du gouvernement Thiéba intervenu le 31 janvier 2018 est un non évènement. Le peuple burkinabè vit une situation extrêmement difficile tant sur le plan sécuritaire, que sur le plan socio-économique. Cette situation n’épargne aucune couche sociale. Les Burkinabè avaient tous eu l’espoir de croire que le Chef de l’État les avait compris et pris la mesure des réelles difficultés de la nation, et surtout qu’il constituerait une équipe gouvernementale à même d’apporter des solutions à leurs difficultés et de répondre à leurs profondes aspirations.

La désillusion est totale et générale puisque malheureusement, le Chef de l’Etat et son Premier Ministre n’ont procédé qu’au jeu de chaises musicales dans ce remaniement. Les intérêts partisans et les arrangements de chapelle ont été une fois encore plus importants que ceux du peuple souverain, qui pourtant leur a confié son pouvoir.

Nous prenons acte tout simplement et appelons les filles et fils du Burkina Faso à rester vigilants et attentifs à l’action de cette équipe gouvernementale par rapport aux préoccupations qui nous sont chers à tous, peuple valeureux et intègre du Burkina Faso: les conditions socio-économiques et sécuritaires, une justice équitable et un avenir meilleur. Chacun d’entre nous devra en toute âme et conscience, savoir tirer les conséquences qui s’imposeront le moment venu.

Pour notre part, nous restons attachés à la réconciliation nationale, une impérieuse nécessité pour le Burkina Faso, que nous appelons de tous nos vœux et à laquelle nous convions toute la classe politique nationale et toute la nation.

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure »

OUAGADOUGOU, le 01 février 2018

Le Président

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Laisser un commentaire