Accueil A la une Inondations en Afrique: l’eau c’est la…mort!

Inondations en Afrique: l’eau c’est la…mort!

L’eau c’est la vie. L’adage est bien connu et ne souffre d’aucune contestation, jusqu’au jour où des pluies torrentielles provoquent des inondations qui emportent tout sur leur passage. L’eau dont manquent cruellement les populations, notamment dans les pays du sahel africain devient, paradoxalement, source de mort. Si aucun continent, même pas l’Europe où récemment, la Belgique, l’Allemagne et la France, pour ne citer que ces pays ont fait les frais de pluies dévastatrices, n’est à l’abri de ce trop-plein dramatique du liquide déversé par les vannes du ciel ouvertes de trop, il faut reconnaître que, cette année, la saison pluvieuse a été bien meurtrière au Niger également.

Un bilan macabre de la générosité exagérée de dame nature qui, du mois de juin à nos jours, a fait état de plus de 50 personnes qui ont péri par la faute des fortes pluies. Des milliers de personnes se sont retrouvées sans abri du jour au lendemain, tout comme près de 1000 têtes de bétail ont été emportées par les eaux déchaînées qui ont causé des dégâts matériels immenses. Le Burkina Faso, tout comme le Mali, où les pluies fortes sont accompagnées de vents violents, n’ont pas moins souffert de la furie des eaux, avec des habitations, souvent érigées en matériaux précaires, qui sont tombées comme des châteaux de sable, jetant leurs occupants dans la rue.

Pourtant, ces pays sahéliens comme le Niger, font déjà face, courageusement, mais difficilement, aux attaques terroristes. Certes, avec les méthodes de lutte qui sont siennes, et qui lui ont permis, par exemple, de sécuriser plusieurs villages dans la région de Diffa, le Niger a permis ainsi le retour de dizaines de milliers de déplacés internes chez eux. Mais cette éclaircie n’a pas empêché les catastrophiques inondations de ces derniers temps. Comme si elle était déchainée contre les mauvais traitements que les hommes lui font subir au quotidien, de la Grèce à l’Algérie où le feu brûle tout sur son passage, et au Niger où l’eau, sans pitié, emporte hommes, animaux, cases, et autres infrastructures, dame nature semble demander des comptes aux prédateurs de l’environnement.

Car, malgré les mille et une tribunes qui se dressent pour évoquer les efforts faits ou à entreprendre pour réduire de façon conséquente, à défaut d’annihiler du coup, les gaz à effet de serre, qui sont à la base du changement climatique, nonobstant les sommets sur l’environnement qui s’enfilent mais ne se ressemblent que par le peu d’exécution des décisions qu’ils accouchent, le monde qui peut pourtant beaucoup a fait très peu.

Comme à l’accoutumée, l’Afrique paie les pots cassés de l’appétit gargantuesque des pays à forte industrialisation où les hauts fourneaux tutoient le ciel, dégageant tout ce qu’ils ont dans le ventre comme chaleur, contribuant ainsi aux fortes et incessantes pluies, à la fonte des glaces, et toutes sortes de déchaînement de la nature, par le réchauffement climatique. Ce lourd tribut, le continent africain le paie aussi par les feux de brousse que ces paysans, notamment ceux du Sahel, n’ont jamais cesser d’allumer avant les travaux champêtres, malgré les campagnes de sensibilisation.

Du coup, la végétation, et ses arbres détruits sans être remplacés, se raréfie. Les plantations d’arbre sont devenues juste un effet de mode, se transformant en pique-nique géant où la boisson coule à flot sur la bonne grillade sortie de barbecue digne des grandes fêtes de mariage. Et après, chaque planteur du dimanche retourne chez lui, abandonnant les arbres mis en terre aux animaux et aux brûlant rayons du soleil. Pour le suivi, il faut repasser, «y’a rien à voir».

Dans le même temps, l’orpaillage et l’action de sociétés minières agressent sans répit l’environnement et ses cours d’eau par divers produits et substances qui y sont déversés. L’or jaune tue ainsi l’or bleu! Et les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets, jusqu’à ce que l’homme comprenne pour de bon qu’il est le plus grand destructeur de la vie sur terre.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire