Accueil Economie Interconnexion Ouaga-Bolgatanga: le nouveau vice-président de la BM pour l’Afrique se dit...

Interconnexion Ouaga-Bolgatanga: le nouveau vice-président de la BM pour l’Afrique se dit «très fier» du projet

Le nouveau vice-président de la Banque mondiale (BM) pour l’Afrique, Hafez Ghanem, s’est dit «très fier» du projet d’interconnexion électrique Bolgatanga (Ghana)-Ouagadougou (Burkina Faso) qui est à terme dans la partie burkinabè. Ce programme cofinancé par la BM à hauteur de 21 milliards FCFA dont huit milliards pour le Burkina, permet déjà au pays des «Hommes intègres» d’importer en moyenne une trentaine de mégawatts, selon le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo.  

Cette visite de terrain sur les installations du poste d’interconnexion Ouagadougou-Bolgatanga, situé à Zagtouli à une vingtaine de kilomètres de la capitale burkinabè, s’inscrit dans le cadre des activités prévues pour le séjour du 19 au 21 août 2018 au Burkina Faso, de Hafez Ghanem, vice-président de la BM pour la région Afrique.

«L’énergie est un besoin très important pour le développement économique du pays, et c’est aussi un des objectifs du partenariat entre le Burkina Faso et la BM qui est celui de travailler ensemble pour améliorer les conditions énergétiques» dans la sous-région de façon générale, a déclaré M. Ghanem qui s’est dit «très heureux et très fier de visiter ces travaux pour deux raisons».

Hafez Ghanem, nouveau vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique

La première raison qui fonde l’appréciation de la BM, «c’est que ce projet va augmenter l’offre énergétique et cela va contribuer directement au développement du pays et la deuxième raison, c’est que c’est un projet d’intégration et de coopération régionale» qui, selon la BM, s’est dit «convaincue que pour développer l’Afrique, il faut de plus en plus de coopération et de complémentarité entre les différents pays», a expliqué le nouveau patron de l’institution bancaire internationale, Hafez Ghanem. Il a, à cet effet, «espéré dans l’avenir voir cette interconnexion partout en Afrique de l’Ouest et qu’un pays comme le Burkina puisse importer l’électricité mais aussi exporter l’énergie solaire» à d’autre pays.

La BM «a pour vocation de lutter contre la pauvreté. Et qui dit lutte contre la pauvreté, dit croissance économique, création d’emplois, d’opportunités surtout pour les jeunes», a rappelé M. Ghanem qui estime qu’ «on ne peut arriver à ces résultats sans l’électricité».

«Donc nous allons continuer à travailler ensemble pour améliorer et augmenter l’offre énergétique au Burkina. En plus de financer les projets du gouvernement, nous allons aussi essayer d’attirer les investisseurs privés», a-t-il conclu en encourageant le gouvernement qui a pour ambition d’ici 2020 de doubler l’accès à l’électricité aux ménages et aux industriels.

Bachir Ismaël Ouédraogo, ministre burkinabè de l’Energie

Le ministre Bachir Ouédraogo a d’abord tenu «à remercier» la BM et ses partenaires qui ont accompagné le Burkina dans ce projet qui est à terme dans la partie burkinabè. «Le Burkina Faso a un déficit énergétique énorme, et nos ambitions sont donc de doubler l’accessibilité à l’énergie d’ici 2020», a-t-il réitéré en précisant que ce projet «va nous permettre d’avoir une énergie à moindre coût parce que le kilowattheure sera moins cher ».

Pour lui, cela va aussi permettre à l’Etat de pouvoir économiser le kilowattheure qu’il «subventionne». Le Burkina a pour ambition dans les années à venir d’exporter l’énergie solaire car «nous en avons le potentiel, nous sommes l’un des pays les plus ensoleillé au monde avec une position géographique qui nous permet d’être à équidistance avec les différents pays de la sous-région», s’est déclaré Bachir Ismaël Ouédraogo en précisant qu’en «moyenne, nous importons déjà une trentaine de mégawatts, du Ghana, et à terme nous allons aller à 100 MW, si du côté ghanéen les travaux sont finis à temps ».

Les essais conjoints effectués par le Burkina Faso et le Ghana se sont déroulés en mai et juin 2018. La mise sous tension de l’interconnexion est intervenue le 28 juin 2018 et le fonctionnement observé jusque-là est satisfaisant. Cette interconnexion contribue aussi à l’intégration des réseaux électriques ouest africains dans la perspective du marché régional de l’électricité en construction. Ce projet prévoit l’augmentation de la capacité de production de la Société nationale d’électricité du Burkina Faso (SONABEL) de 100 MW soit 640 GWh/an représentant près de 35% de la demande de pointe actuelle. Ce programme a permis d’atteindre de nombreux résultats à ce jour dont l’électrification de 25 localités au Burkina débutés en janvier 2018 et s’est achevée en juillet 2018.

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire