Accueil A la une Législatives au Sénégal: 3 écharpes à prix d’or!

Législatives au Sénégal: 3 écharpes à prix d’or!

La majorité ne s'est pas encore dévoilée après les résultats officiels provisoires (Ph. francetvinfo.fr)

La coalition au pouvoir Benno Bokk Yakaar (BBY) récolte 82 sièges. Les opposants en alliance de Yewwi Askan Wi et de Wallu Sénégal réunissent 80 sièges, soit 56 pour les premiers et 24 pour les seconds. Et Thierno Alassane Sall, plus connu sous les trois lettres TAS, opposant et champion de la coalition AAR; Pape Djibril Fall, journaliste, analyste socio-politique, tête de liste de la coalition les Serviteurs/MPR; et Pape Diop, ancien maire de Dakar, ancien député, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien président du Sénat, à la tête d’une coalition de l’opposition, s’adjugent les trois dernières écharpes des 165 députés qui doivent animer la prochaine Assemblée nationale. Ainsi se présentent les chiffres officiels provisoires qui marquent…provisoirement la fin du suspense de quatre jours né des législatives du 31 juillet.

La coalition BBY perd jusqu’à 43 des 125 sièges qu’elle avait raflés lors des législatives de 2017, preuve d’une baisse de régime conséquente du…régime Macky Sall. L’opposition par contre, qui garde intacte toute son ambition d’imposer la cohabitation au pouvoir en place, n’a pas encore gagné son pari, malgré sa percée fulgurante, qui vient confirmer ses bons résultats engrangés lors des élections locales passées qui lui ont permis de mettre dans son escarcelle les mairies de grandes villes comme Dakar et Ziguinchor, pour ne citer que ces prouesses. Les deux grands adversaires, au coude-à-coude, qui, de bonne guerre, avaient déjà fait le V de la victoire et s’étaient arrogés la majorité, fixée cette fois-ci à 83 députés, doivent encore prendre leur mal en patience. C’est la grande leçon d’humilité assénée aux présumés gagnants, par ces législatives créditées de 46,64%.

Comme dans la parole d’évangile dans la Bible des chrétiens qui énonce que «les derniers seront les premiers», dans l’attente de la proclamation définitive du verdict des urnes, après examen des recours, par le conseil constitutionnel, les législatives de ce dimanche ont fait trois faiseurs de rois. TAS, Pape Djibril Fall et Pape Diop peuvent se considérer comme les vrais gagnants de ces joutes électorales dans lesquelles les coalitions dites grandes ont jeté toutes leurs forces, compte tenu des enjeux importants en présence. En effet, il faudra courtiser avec la plus grande délicatesse, les trois candidats qui viennent en queue de peloton, mais dont les voix pour conquérir la suprématie au sein du futur hémicycle seront d’or.

En dehors des espèces sonnantes et trébuchantes, les propositions de strapontins et bien d’autres avantages d’envergure seront mis sur -ou sous- la table pour ravir la préférence des trois députés. De toute apparence, se réclamant tous de l’opposition, leurs cœurs ne devraient pas balancer, car naturellement destinés aux coalitions unies Yewwi Askan Wi de Ousmane Sonko et Wallu Sénégal de Abdoulaye Wade. Mais, car il y a toujours un grand mais, la politique a ses raisons que la Raison ignore. Du reste, dans la plupart de ces cas de figure, la partie est presque toujours gagnée par le pouvoir qui dispose de plus  de propositions alléchantes, même les plus indécentes, à faire miroiter aux opposants. Quitte à ne pas tenir toutes ses promesses, son but atteint! Ainsi va la politique sous tous les cieux, chaque homme ayant son prix, surtout sous les tropiques où l’idéal politique pèse autant qu’une plume de pigeon face à la puissance du roi argent.

Il faut attendre, en principe, la fin de la semaine prochaine pour que les résultats officiels définitifs sanctionnent ces législatives qui sont en réalité comme le premier tour de la présidentielle de 2024. Mais les grandes manœuvres sont, sans doute, déjà enclenchées, et par le pouvoir qui veut garder la main sur l’Assemblée nationale, et par l’opposition qui entend en prendre les commandes pour barrer la route à Macky Sall qu’elle soupçonne d’être sur le point de succomber aux charmes du 3e mandat présidentiel.

Par Wakat Séra   

Laisser un commentaire