Accueil Culture Musique: «AFRICAN WOMAN», le nouvel album de Pinda, une artiste-née

Musique: «AFRICAN WOMAN», le nouvel album de Pinda, une artiste-née

L’artiste-musicienne Salimata Ba plus connu sous le pseudonyme Pinda, après des années de pause du fait de la maladie à Coronavirus ou pour des raisons de maternité, vient de mettre sur le marché du disque «AFRICAN WOMAN», une discographie composée de 12 titres. Le bijou sonore a été présenté, le Vendredi 29 Juillet 2022, à la Maison Blanche 4G de Bobo lors d’un cocktail de presse. Par cet album, la native de la ville de Sya revient sur la scène avec des thématiques et des colorations musicales le tout auréolé de rythmes mandingues.

L’artiste-musicienne Salimata Ba alias Pinda a présenté son tout premier album intitulé «AFRICAN WOMAN». Le registre musical est constitué de 12 titres et a été dévoilé, le vendredi 29 juillet 2022, au public bobolais lors d’un cocktail dédié  aux femmes et hommes de média à la Maison Blanche 4G de Bobo-Dioulasso.

Révélée au public depuis déjà son premier titre paru en 2015 sous le nom de TIEBA DJAYILI, Pinda a connu un grand succès dans la région des Hauts-Bassins et un peu partout au Burkina. Titre qu’ elle a produit avec ELDJI.

«AFRICAN WOMAN» est alors une discographie composée de 12 titres et singulière car cet album est  le tout premier du parcours musical de l’artiste-musicienne Salimata Ba. Il est rythmé à la fois de l’afrobeat, RNB, Reggae, Techno ou autre et le tout sur une sonorité mandingue.

«Qui veut voyager loin ménage sa monture», dit un adage arabo-berbère. Afin de réussir son premier classeur, l’artiste Pinda a fait appel à sept arrangeurs musicaux de la sous-région ouest africaine dont sept Burkinabè (cinq à Bobo-Dioulasso, un à Ouagadougou) et un Malien.

Dans la douzaine de titres que compte le premier disque de la dame qui a vu le jour en novembre 1996 dans la deuxième plus grande ville du Burkina Faso, figurent trois featuring: un avec Kem’s Kanté de la Guinée au titre KANAWA; un autre MA VIE C’EST TOI en collaboration avec son producteur, Diakité Diafodé Kaba Alexandre, puis un dernier appelé JAM WARTU en association avec Mecou Taïta. A signaler que certains titres de cet album ont été enregistrés totalement en Live.

La promotion de «AFRICAN WOMAN» est soutenue par la vidéo de son titre  Pinda is back (Penda est de retour).

On peut retenir de son parcours qu’en 2016 déjà, Pinda a été sacrée meilleure artiste-musicienne mandingue dans une compétition nommée Bobo lolo (une cérémonie de récompense et de distinction des artistes et acteurs culturels de la région de Bobo).

Renonçant à s’arrêter en si bon chemin, celle qui a toujours rêvé d’être une icône de la musique burkinabè rebelote avec un nouveau single titré: «TOLO NI YÊLÊ» une année après.

Cette chanson qui connaîtra les mêmes succès en 2017 donc et toujours dans la même catégorie puisqu’elle a octroyé à son auteure deux trophées (meilleure artiste féminin et meilleur clip d’or). Une double récompense qui a été sanctifiée par la tenue d’un concert gigantesque lors de la cérémonie d’ouverture de la SNC (Semaine nationale de la Culture) en 2018 au stade Omnisports de Bobo-Dioulasso.

La protégée du label de production 2DKA PROD de Diafodé Kaba Alexandre Diakité, originaire de la ville de Bobo-Dioulasso, a grandi dans un univers musical. Elle aspirait déjà à sa tendre enfance à devenir une icône de la musique au Burkina Faso. De son style mandingue, de sa voix de géante, de sa maîtrise du micro ainsi que de son ouverture d’esprit sur les maux qui minent la société, l’artiste-musicienne a su se frayer un chemin au sein de l’univers musical burkinabè.

 Par Lassané SAWADOGO (Stagiaire)

Laisser un commentaire