Accueil A la une Ouagadougou: la vie suit son cours normal

Ouagadougou: la vie suit son cours normal

Les populations de la ville de Ouagadougou vaquaient à leurs occupations quotidiennes dans la matinée de ce vendredi 30 septembre 2022, selon notre constat entre 7H00 et 9H00 (Gmt), malgré les tirs qui ont réveillé celles du quartier de Ouaga 2000 abritant le palais de la présidence. Mais, dans le Centre-ville où des militaires ont pris position sur certains axes de la capitale burkinabè, des institutions publiques et privées, notamment les structures bancaires et des commerces restaient fermées.

Les rues de Ouagadougou comme à son habitude grouillaient de monde. Qui pour aller au service, qui pour aller ouvrir son commerce ou tout autre chose. Alors que sur des réseaux et certains médias notamment en ligne avaient informé des tirs entendus à Ouagadougou vers le camp Baba Sy, le QG du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et de la restauration (MPSR), tombeur, le 24 janvier 2022, du régime démocratique dirigé par Roch Marc Christian Kaboré.

Si certains disent avoir l’information, bon nombre l’ignorait où l’apprenait au cours de leur trajet.

Au Centre-ville de Ouagadougou, les alentours des institutions à savoir le Premier ministère, la télévision nationale (RTB) et l’avenue de l’Indépendance jusqu’au Rond-point des Nations Unies, axe sur lequel sont contrées plusieurs administrations publiques, sont quadrillés par des militaires à visage découvert, casqués, portant des gilets par balles devant quelques blindé, velera, pick-up et des motos grosses cylindrés.

Généralement pris d’assaut en de pareille situation, il n’y avait rien à signaler à notre passage au niveau de la Place de la Révolution, rebaptisée place de la Nation.

Devant le camp Baba Sy où les tirs ont été entendus, il n’y a également rien à signaler selon un habitant de la zone qui dit être passé devant la base pour rallier le Centre-ville vers 8h (GMT). Mais, notre témoin, a souligné que l’axe allant vers le Monument des héros nationaux en direction du palais présidentiel, est barré.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire