Accueil Economie Ouagadougou: 13 milliards de FCFA pour la réhabilitation de Azalaï Hôtel Indépendance

Ouagadougou: 13 milliards de FCFA pour la réhabilitation de Azalaï Hôtel Indépendance

2749
0
Azalaï Hôtel Indépendance © Aouaga.com

Les travaux de lancement de réhabilitation de Azalaï Hôtel Indépendance à Ouagadougou, saccagé lors des violentes manifestations des 30 et 31 octobre 2014,  sont réalité depuis le vendredi 3 février 2017 en présence du Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba.

Au moins « 13 milliards francs CFA » devraient être mobilisés pour les travaux de réhabilitation de l’hôtel situé au centre-ville de Ouagadougou, a confié le Président directeur du Groupe (PDG), Massadeck Bally.

Selon M. Bally, les différentes attaques armées constituent « des contraintes et des difficultés » pour le groupe Azalaï, mais, « cela ne nous décourage pas », a-t-il affirmé face à la presse.

La mobilisation des fonds permettra de moderniser l’hôtel dont la capacité d’hébergement passera de « 176 à 230 chambres », a poursuivi le PDG Massadeck Bally.

Pour le Premier ministre burkinabè, Paul Kaba Thiéba, ce projet dont la durée est de « 18 mois », permettra de générer environ « 1 600 emplois dont 300 directs ».

Il permettra également de « réaliser les performances macroéconomiques que nous nous sommes fixés en termes de croissance et de création d’emplois pour lutter contre la pauvreté », a affirmé M. Thiéba souhaitant « apporter (son) soutien à tous les secteurs d’activité qui ont subi les événements de l’insurrection populaire ».

Construit à la fin des années 1950, Azalaï Hôtel Indépendance est bien connu pour avoir été l’endroit où le traité de l’indépendance du Burkina Faso fut signé en 1960. Il a été saccagé car des députés de la majorité présidentielle qui devraient donner leur approbation pour la modification de l’article 37 de la Constitution portant sur la limitation du mandat du président du Faso, en vue de permettre à l’ex-chef de l’Etat, Blaise Compaoré de se représenter pour un cinquième mandat.

Mohamed ZOUNGRANA

Laisser un commentaire