Accueil Société Saisie de volaille à Ouagadougou : « l’action de trop » de la Police municipale

Saisie de volaille à Ouagadougou : « l’action de trop » de la Police municipale

Depuis quelque temps, la Police municipale mène des opérations de déguerpissement de certaines installations dans la ville de Ouagadougou. Après la destruction des installations de certains commerçants dits des occupants d’espaces publics sans autorisation, elle a procédé, le mardi 11 mai 2021, à la saisie d’animaux et de volaille en vente hors des marchés de bétail.

S’agit-il d’un « grand nettoyage » de la ville ? En tout cas la municipalité de Ouagadougou a entrepris, en mettant en application la réglementation en vigueur, la délibération n°2010-006/CO/CAB/DQ portant réglementation du domaine public dans la ville, le déguerpissement de plusieurs commerces. Ainsi, des personnes qui s’étaient installées aux abords de certains artères de la capitale, à la recherche de leur pitance quotidienne, ont vu leurs installations détruites.

Selon la police municipale, cette action vise à désengorger les voies et elle a été faite après des sensibilisations et sommations de quitter les lieux. Si cette action a été saluée par la plupart des populations, celle menée le mardi 11 mai 2021, qui a consisté à la saisie d’animaux et de volaille en vente hors des marchés de bétail, a été mal perçue.

En effet, cette force de l’ordre de la mairie de Ouagadougou se basant sur l’arrêté n°2020-163/CO/M/DAJC du 22 Juillet 2020 portant interdiction de vente d’animaux et de volaille en dehors des marchés à bétail et dans les espaces autorisés dans la commune de Ouagadougou, a procédé à la saisie de poulets et d’animaux qui étaient en vente aux abords des voies, à l’occasion de la fête de Ramadan, une action qui a provoqué une vive polémique sur la toile.

Un commerçant abattu par la saisie des ses biens

Des actions qui ne sont pas sans conséquences sur la vie de ces personnes qui ont vu leur bien confisqué ou détruit. Alors beaucoup s’interrogent sur les raisons du dépouillement de ces citoyens de leurs biens, qui est le fruit d’un sacrifice, d’investissement et d’insomnie, alors qu’on pouvait leur faire payer des taxes.

« Des amendes à payer oui, mais aller jusqu’à confisquer, cela peut engendrer d’autres problèmes », réagit un internaute en commentaire sur la publication de la Police municipale où elle informe avoir procédé à la saisie de bétail et de volailles sur la voie publique.

Cette saisie de volaille et d’animaux est l’action de trop, selon des internautes. Une action qui, bien que menée en application des textes, est décriée car dépouillant des « pauvres paysans » de leurs biens, des vendeurs qui sont des responsables de famille.

« Il faut être réaliste. Ces vulnérables pères de famille qui viennent vendre leurs poulets, on peut bien leur interdire. Mais confisquer tous leurs poulets, peut-être même leurs seules richesses certaines de l’année, on en fait trop et c’est méchant », écrit Bdah Morris sur son compte Facebook. Pour lui « c’est juste un marché occasionnel qui n’excède jamais 72 heures et il faut une once de morale dans la réaction de l’autorité publique ».

Par Wakat Séra

1 Commentaire

  1. Ha bon ? En tant que journaliste ce que vous trouver a dire, c’est une action de trop? Allez-y retirer ces saisies pour les remettre aux propriétaires alors. On doit mettre tout animal errant en fourrière. Ceux qui ne peuvent pas vivre en ville peuvent aller dans les villages. La-ba il ya moins de règles.

Laisser un commentaire