Accueil Société Sana Bob : « On ne peut mendier l’aide de l’Occident pour manger et...

Sana Bob : « On ne peut mendier l’aide de l’Occident pour manger et encore mendier l’aide pour les toilettes»

L’artiste musicien Sana associe sa voix, entre autres à travers un single, à la campagne Fasotoilettes. Cet engagement a été signifié à l’opinion par la présentation officielle du single le 26 mai 2017 à Ouagadougou.

Les statistiques font état de 9,3 millions de Burkinabè qui défèquent au quotidien dans la nature. Ce qui est estimé à 1.400 tonnes d’excréments humains rejetés dans la nature, sans traitement et sans analyser les risques de pollutions (eaux, sols, cultures) et de maladies qui vont avec.

Aussi, dans les grands hôpitaux au Burkina, les malades victimes de manque d’assainissement occupent 70% des lits. Plusieurs millions de femmes et enfants risquent leur sécurité, leur dignité et leur santé car contraints de s’isoler dans la nature pour satisfaire leur besoin naturel.

Ces constats interpellent à des actions dans le sens dont la campagne Fasotoilettes donne le la. L’appel a été entendu par l’artiste musicien qui a décidé de joindre sa voix à l’initiative. Il a de ce fait sorti un sigle dans lequel, il revient sur le problème de manque de toilettes dans certains lieux publics, et la nécessité de construire des toilettes.

Pour cela, dit l’artiste dans la chanson, il revient aux Burkinabè de le faire pour eux-mêmes. Une sorte de chaine de solidarité où les plus nantis construisent des toilettes pour les plus pauvres : « On ne peut mendier l’aide de l’Occident pour manger et encore mendier l’aide pour les toilettes. Où est alors la dignité du Burkinabè ? », entonne-t-il dans la chanson.

C’est ainsi que la campagne qui a démarré en janvier 2017, pourra, atteindre l’objectif des  100 000 toilettes à la fin de l’année 2017.

Pour Rappel, « Fasotoilettes est une campagne de solidarité citoyenne pour l’accès aux toilettes des populations vivant dans les zones rurales et périurbaine » portée par IRC, WaterAid, la Fondation Kimi, Eau vive internationale et la direction générale de l’Assainissement du ministère de l’Eau et de l’Assainissement.

Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire