Accueil Société Santé et bien-être : les risques liés à la consommation du sel

Santé et bien-être : les risques liés à la consommation du sel

Les Pr Samadoulougou (extrême droit) et Traoré (milieu) ont édifié l'assistance sur les risques liés aux excès dans la consommation du sel

La multinationale Nestlé, en collaboration avec le Centre de recherches en science biologique alimentaire et nutritionnelle (CRSBAN) et la Société de cardiologie du Burkina (SOCARB) a organisé un symposium scientifique, le 13 juillet 2017 à Ouagadougou, autour de l’importance du sel dans l’organisme humain.

Deux communications ont précédé les débats avec l’ancien président de l’Université de Ouagadougou, le Pr. Alfred Traoré et André K. Samadoulougou des services de cardiologie de l’hôpital de district de Bogodogo, par ailleurs président de la SOCARB (Société de cardiologie du Burkina).

Le directeur financier de Nestlé, Ismaël Ouangrawa, a représenté le directeur général

Le Pr. Alfred Traoré, dans son exposé, a fait comprendre que le sel joue un rôle dans la transmission de l’influx nerveux et dans la contraction musculaire. Aussi, à l’en croire, l’on peut manquer de sel dans son organisme, mais cela arrive rarement. Quand le sel manque dans l’organisme, cela peut provoquer de la déshydratation, une perte de l’appétit, des crampes musculaires, une chute de la tension, une fatigue anormale et des insomnies.

Selon l’ancien président de l’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo, 272 millions de tonnes de sel ont été produits en 2012 pour la consommation et pourtant, poursuit-il, le sel contenu naturellement dans les aliments suffit pour les besoins de l’organisme. Et lorsqu’il est consommé plus qu’il n’en faut les conséquences sont, entre autres, l’hypertension, l’ostéoporose ou décalcification (l’os perd sa solidité), la formation des œdèmes du poumon avec prise de poids, le cancer d’estomac et la formation de calculs rénaux. La norme en termes de consommation de sel est de 5 g/jour, a conseillé le Pr. Traoré.

Une vue de l’assistance pendant les communications

A la suite du Pr Alfred Traoré, le Pr André Samadoulougou, à son tour, a édifié sur les habitudes de consommations des populations qui oscillent entre 9 et 12g par jour en moyenne soit 2 fois les normes recommandées. Et pourtant, a expliqué le Pr Samadoulougou, l’excès de sel augmente la pression artérielle, accroit la mortalité, détériore la santé cardiovasculaire, provoque des insuffisances rénale et cardiaque, augmente le stress oxydatif… Il a aussi affirmé que les boissons gazeuses contiennent du sel, le chocolat aussi.

Le directeur financier de Nestlé, Ismaël Ouangrawa, représentant le directeur général, a prévenu que le fait de se nourrir peut avoir de lourdes conséquences sur la santé. Pour ce faire, il a estimé que les questions liées aux défis alimentaires doivent interpeller tout le monde. Dans ce sens, il a trouvé nécessaire de promouvoir l’éducation nutritionnelle pour préserver contre les maladies.

Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire