Accueil Politique Second tour des législatives françaises au Burkina Faso : Faible taux de participation

Second tour des législatives françaises au Burkina Faso : Faible taux de participation

65
0
SHARE
L’ambassadeur français Xavier Lapeyre de Cabanes a accompli son devoir citoyen

Les Français du Burkina Faso comme ceux restés au pays étaient aux urnes, le 18 juin 2017 pour élire leur représentant à l’hémicycle. Le taux de participation à ce second tour a été estimé « faible ».

Au Burkina Faso, le nombre des citoyens français inscrits sur la liste électorale à Ouagadougou est de 1771. Pour le second tour des législatives françaises, ils avaient le choix entre Léila Aichi et M’jid El Guerrab, tous les deux candidats du mouvement « La République En marche » du président français Emmanuel Macron. Au constat, le scrutin n’a pas suscité d’engouement auprès des Français résidant au Burkina Faso.

Selon le consul adjoint Louis Sambou le scrutin s’est très bien déroulé

Le consul adjoint, chef de chancellerie Louis Sambou l’a confirmé juste après la fermeture du bureau de vote logé à l’Institut français de Ouagadougou, aux environs de 18 heures. En attendant les chiffres officiels, il a estimé le taux de participation entre 10 et 15 %. Malgré ce taux jugé faible, il trouve que dans l’ensemble le scrutin au Burkina Faso s’est très bien déroulé. La confirmation sera donnée par l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, venue voter. Il a précisé que le vote des Français à l’étranger concerne 11 circonscriptions.

Selon ses explications, le candidat qui sera élu entre Léila Aichi et M’jid El Guerrab va représenter tous les Français qui habitent au Maroc, en Algérie, en Libye, en Tunisie, au Sénégal, en Mauritanie en Côte d’Ivoire, au Mali, du Niger, au Burkina Faso etc. Lui, il a estimé le taux de participation entre 15 et 17 % contre 25 au premier tour qui avait mis aux prises 26 candidats. Tout compte fait, le diplomate français pense que ces législatives donneront une majorité à Emmanuel Macron à l’Assemblée nationale française.

Boureima DEMBELE    

Laisser un commentaire