Accueil A la une Sommet de Pau: des Burkinabè se prononcent

Sommet de Pau: des Burkinabè se prononcent

4686
0
C'est un ce même type d'hélicoptère Gazelle de la Force Barkhane qui a été abattu par les djihadistes (Ph. RFI/Olivier Fourt)

Dimanche 12 janvier 2020. Veille de la rencontre à Pau, en France, entre le président français  Emmanuel Macron et ses pairs des cinq pays du G5 Sahel, en l’occurrence Mahamadou Issoufou du Niger, Idriss Deby Itno du Tchad, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar Keïta du Mali, et Mohamed Ould El –Ghazaouani de la Mauritanie. Ces dirigeants doivent en particulier discuter sur le départ ou non de leurs pays respectifs, des forces occidentales et surtout françaises. Des Burkinabè se sont confiés à Wakat Séra, entre autres, sur l’opportunité, le lieu, les attentes de ce rendez-vous qui a fait et continue faire couler beaucoup d’encre et de salive.

Alexandre Sankara (Député à l’Assemblée nationale: « Nous méritons respect et considération »

Sur la rencontre de Pau, d’abord dans la forme, il faut dire que cette invitation-convocation est malencontreuse,  irrespectueuse. C’est non seulement une méprise à l’endroit de nos chefs d’Etat mais aussi et surtout à l’endroit des peuples que ces derniers représentent.

Il fallait, face à cette insulte, refuser d’y aller pour rappeler au président Macron que nous méritons respect et considération parce que nous sommes des Etats souverains. Mais je constate qu’en dépit de tout ça, nos chefs d’Etat ont accepté d’y aller. Il leur reste maintenant à sauver l’honneur en restant dignes face à Macron. Et pour celà, c’est l’occasion de remettre à plat, sinon en cause nos accords militaires, voire tous nos accords de coopération avec l’ex-colonie qu’est la France. C’est-à-dire revoir de fond en comble toute cette coopération pour qu’elle soit une coopération gagnant-gagnant, une coopération de respect, une coopération où les Etats coopèrent mutuellement dans un esprit de solidarité comme l’ont voulu d’ailleurs, nos présidents devanciers à savoir Kwamé N’Krumah du Ghana, Patrice Lumumba du Zaïre, aujourd’hui République démocratique du Congo (RDC), Sékou Touré de la Guinée et plus récemment, Thomas Sankara du Burkina. Il faut que dans le cadre de cette coopération comme le disais feu président Thomas Sankara, «l’’aide nous aide à nous passer de l’aide». Nos chefs d’Etat doivent rappeler cela à nos amis français, notamment le président Macron.

Pour ce qui concerne tout particulièrement la coopération militaire, il faut que les Etats africains prennent leur responsabilité. La sécurité et la défense de nos territoires incombent d’abord en premier chef, à nos pays, à nos armées. L’Afrique et particulièrement la CEDEAO (Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest, NDLR) a suffisamment de ressources humaines, militaires et financières pour prendre en main la défense de sa zone. Donc, pour moi, il ne s’agit plus d’aller pleurnicher pour demander de l’aide à la force Barkhane ou à toute autre structure étrangère. Il faut que les Etats africains, notamment ceux du G5 Sahel, prennent conscience que personne d’autre ne viendra nous défendre à notre place. C’est vrai que l’histoire des peuples nous enseigne qu’on ne peut pas se fermer au reste du monde. D’autres peuples comme la France, le Japon, etc., ont eu aussi besoin de l’aide d’autres peuples lorsqu’ils faisaient face aux ennemis. Donc, on a toujours besoin que des peuples voisins, des amis nous viennent en aide. Mais comme je dis, ce besoin doit s’exprimer de manière indépendante et souveraine et l’aide doit être faite dans le respect et dans un esprit de solidarité dans lequel les peuples se donnent la main pour lutter contre les forces du mal.

Marcel Tankoano du mouvement M21: «Moi je ne m’attends à rien véritablement»

Les chefs d’Etat du G5 Sahel ne diront pas ce que nous n’avons pas déjà entendu venant d’eux. Ils ne vont jamais aller dans la vision de leurs populations parce qu’ils estiment être redevables à la France. Donc pour moi il ne faudrait pas rester dans un débat partisan où on croit que la Force Barkhane va plier bagage alors qu’on n’a pas préparé le terrain à un certain niveau. Pour moi la rencontre de Pau demain en France, la surprise c’est que les populations seront déçues parce que les chefs d’Etat du G5 Sahel vont aller dans la volonté de la France qui est notre principale colonisatrice. Les débats se tiendront sur des accords qui ont déjà été signés, il y a deux à trois ans et portant sur des termes politiques, économiques et militaires. Qu’est-ce que nos pays gagnent et qu’est-ce que la France gagne? Moi je ne m’attends à rien véritablement. D’autres s’offusquent du lieu ; mais quel que soit le lieu où cette rencontre devait se tenir, même si le président Macron se déportait en Afrique, la volonté de la France n’allais pas changer. Nos présidents doivent être courageux et pouvoir dire à Macron que nous avons grandi et que la France nous laisse gérer nos pays.

Siaka Coulibaly, Analyste politique:  «Les pays du G5 Sahel doivent avoir des objectifs ambitieux et non pas rester dans les tâtonnements»

Moi je ne m’interroge pas sur l’opportunité. Si celui qui a convoqué la rencontre a des raisons de le faire, comme nous sommes dans un partenariat, le partenaire a la possibilité de poser des questions et je pense que c’est le cas. Si nous aussi on avait des préoccupations on aurait pu l’inviter à s’y conformer. De toutes les façons, les chefs d’Etat sont disposés pour aller échanger, donc je n’ai pas tellement de souci sur le principe. Pour le lieu ça reste la même que pour le principe.

Ce sont les Français qui ont besoin de réponses de notre part, donc ils organisent la rencontre à leur façon. Si nous nous avions des préoccupations par exemple, on aurait pu tenir cette rencontre quelque part dans le G5 Sahel. Mes attentes c’est qu’il y ait une avancée par rapport à ce qui se passe déjà. Et que les bilans des années passées soient pris en considération pour définir, les tous prochains mois, les actions pour mettre en ligne de mire la fin même de l’offensive terroriste. C’est-à-dire travailler clairement à en finir avec les terroristes. Donc avoir des objectifs ambitieux et non pas rester dans les tâtonnements.

Inoussa Ouédraogo, directeur de publication du journal Bendré- « Le président Macron est allé trop loin »

Le président français Emmanuel Macron est allé beaucoup trop loin dans sa façon de poser le débat sur la présence des troupes  françaises sur nos territoires. Il a utilisé des mots et un ton inamical, diplomatiquement incorrect qui à la limite, frise l’injure, le paternalisme, la condescendance et même l’arrogance. Toute chose qui, bien entendu, a frustré beaucoup dAfricains et probablement nos chefs d’Etats eux-mêmes. Mais cela traduit en réalité ce que ces gens pensent de nous. La plupart des autorités françaises n’ont aucun respect ni pour nos chefs d’Etat, encore moins pour nous en tant que peuples africains. En fait, je pense que la France n’a pas encore définitivement tourné la page de la colonisation. Mais il nous appartient de travailler à nous faire respecter, à leur dire que la colonisation, c’est fini, que le néocolonialisme, nous le combattrons et que cela passe entre autres par le rejet des bases militaires françaises sur nos territoires. Nous dénoncerons toujours l’attitude de la France  qui sous le paravent de la lutte contre le terrorisme veut nous  maintenir dans la dépendance et le sous-développement.

Par contre, si la France veut discuter avec nos chefs d’Etat en tant que pays ami, soucieux de la sécurité des africains, comprenant que l’Europe tout entière ne peut se sentir en sécurité que si l’Afrique elle-même est sécurisée, alors  la rencontre de Pau sera une étape décisive pour la suite de la lutte contre le terrorisme au Sahel. Si Emmanuel Macron se rappelle que la France doit à l’Afrique sa libération du joug du nazisme, et que nos grands-parents ont donné de leur sueur, de leur sang, de leur vie pour sauver son pays, son approche de l’aide de la France à nos pays en proie au terrorisme se trouvera changée. Si les dirigeants français se souviennent que cette France libre d’aujourd’hui, ils la doivent en partie à nos grands-parents, ils comprendront qu’ils doivent à nos peuples ce qu’aucune richesse ne peut payer, à savoir la dette de sang.

Toutefois, il appartient à nos dirigeants de s’assumer en rompant progressivement le cordon ombilical, en prenant eux-mêmes en charge la question de la défense de leur territoire, de la sécurisation de leur peuple et de leur développement, dans des Etats unis, solidaires, libres, démocratiques, modernes et puissants.

Lianhoué Imhotep Serge Bayala, coordonnateur du mouvement «Deux heures pour Kamita»: «Pau n’est pas l’endroit indiqué parce que les problèmes se passent en Afrique»

Cette rencontre arrive un peu en retard au regard des dégâts déjà énormes et des pertes en vies humaines qui ont été enregistrés par les pays du G5 Sahel alors qu’ils ont un allié dit-on super armé avec 4 500 hommes doté d’un équipement militaire impressionnant du point de vue de la technologie. C’est quand même trois avions de chasse avec 26 hélicoptères de guerre et trois drones dont un drone thermique. Donc on peut bien se demander pourquoi cet équipement ne permet pas d’identifier 400 terroristes qui se déplacent à moto, qui ne sont pas sous terre, et tout le reste. Donc pour nous, il y avait urgence de clarifier le stationnement des forces militaires étrangères sur les territoires du G5 Sahel et comprendre surtout la posture de la France à Kidal où certains terroristes sont qualifiés de bons, et d’autres de dangereux. Nous avions bien envie de comprendre le double jeu de la France et jusqu’où vont les rapports de sincérité qu’elle entretient en coopération militaire avec nos nations.

Et enfin nous disons que Pau n’est pas l’endroit indiqué, parce que les problèmes se passent en Afrique, la coopération a un problème en Afrique et non pas en France même si c’est avec la France. Mais nous pensons qu’il y a aussi une ville au Burkina qu’on appelle Pô. D’ailleurs les populations vont tenir un contre-sommet dans cette ville du Nahouri au Burkina Faso demain 13 janvier au même moment que se tient le sommet de Pau en France. Pour nous le lieu pose un problème d’un point de vue du respect qu’on se doit mutuellement parce que quoiqu’on dise, Macron invite ses aînés. C’est un peu ça notre perception. Il faut dire que contrairement au mensonge d’Etat que le président Emmanuel Macron veut faire passer comme argument facile mais fallacieux, qui consiste à dire qu’il y a un sentiment anti-Français, il n’existe pas de sentiment anti-Français. Par contre il existe un sentiment anti politique française d’exploitation et d’impunité généralisée en Afrique. Ce sentiment nous l’assumons.

Nous voulons que nos chefs d’Etat disent à Barkhane d’être dans un premier temps utile de façon réelle au combat contre le terrorisme et les populations le constateront de façon réelle sur le terrain de bataille. A défaut qu’ils retournent parce que ce sont des forces d’occupation et de stationnement, or nous ne voulons de forces militaires qui décorent le Sahel. Est-ce cette force-là est prête à intégrer l’idée de se mettre sous la coupe du commandement militaire des pays du G5 Sahel? A défaut qu’elle retourne d’où elle est venue. Il faut permettre à nos pays de prendre leur responsabilité car on ne peut pas continuer à la déléguer. La sécurité et la défense de notre territoire relève de notre responsabilité sacrée et on ne peut pas les sous-traiter. On peut tout de même choisir des gens pour nous aider mais on ne veut pas d’aide imposée.

Aziz Dabo, porte-parole de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA):  «Ces différentes clarifications sont nécessaires»

Permettez-moi avant tout de m’incliner devant la mémoire des civils et des Forces de défense et de sécurité (FDS) tombés afin que le Burkina Faso demeure en ses limites territoriales. Je souhaite prompt rétablissement à l’ensemble des blessés dans l’espace du G5 Sahel.

Pour aborder le sommet de Pau (France) de ce 13 janvier 2020, l’on se souviendra que le 11 décembre 2019, lors d’un entretien télévisé, le président du Faso avait critiqué «la forme et le contenu» de la déclaration du président  Macron sur cette rencontre. Ils ont «manqué de tact», avait dit le chef de l’Etat (Roch Kaboré) tout en précisant qu’il y prendrait part néanmoins. Rappelons que le président français a indiqué vouloir repenser l’opération «Barkhane» dans les prochaines semaines et que le sommet de Pau aura pour objectif de «réévaluer le cadre et les objectifs de l’engagement français au Sahel. Il permettra également de poser les bases d’un soutien international accru aux pays du Sahel».

La situation sécuritaire dans la bande sahélienne est de plus en plus inquiétante malgré les efforts considérables consentis par nos Forces de défense et de sécurité appuyées par leurs alliés grâce à des accords de coopération militaires pour faire face à l’ennemi. Pau apparait donc comme une grande opportunité donnée à nos dirigeants de se retrouver ensemble pour réfléchir avec la France à des stratégies efficaces communes à mettre en œuvre pour venir à bout du terrorisme. C’est aussi l’occasion de discuter à bâtons rompus pour redéfinir le type de coopération militaire souhaitée entre la France et nos Etats.

Ces différentes clarifications sont nécessaires pour faciliter la poursuite et le renforcement de la collaboration entre les populations des villes et des campagnes avec les forces étrangères sur le terrain. J’espère vraiment que des décisions importantes sortiront de ce sommet d’autant plus que l’Union africaine, l’Union européenne, l’Organisation internationale de la francophonie et l’Organisation des Nations Unies y prennent part. Toutes choses qui feront retomber, j’en suis convaincu, le « sentiment-anti-Français » qui traverse les pays de la ligne du front que sont le Burkina, le Mali et le Niger. Au-delà des différentes aides et accompagnements que pourraient nous apporter des pays amis et frères nous devons tous nous impliquer dans la lutte contre le terrorisme en accompagnant et en soutenant les Forces de défense et de sécurité à travers des comportements responsables. Il faut préciser que pour gagner une guerre asymétrique, contre un ennemi invisible, il faut le soutien des populations.

Tout en souhaitant des échanges fructueux à nos dirigeants je voudrais les interpeller sur la nécessité absolue de ne privilégier que les intérêts supérieurs de nos États, tout en restant en phase avec les attentes des populations.

Par Bernard BOUGOUM 

Laisser un commentaire