Accueil A la une Soudan: 150 morts dans des violences intercommunautaires

Soudan: 150 morts dans des violences intercommunautaires

Des Soudanais se rassemblent lors de nouveaux affrontements communautaires à al-Roseires, dans l'État du Nil Bleu, dans le sud du Soudan, début septembre 2022 (image d'illustration) AFP

De violents affrontements entre les communautés Gumuz et Haoussa ont fait, entre mercredi et jeudi 20 octobre 2022, au moins 150 morts dont des femmes et des enfants dans le Nil Bleu au Soudan, selon des médias.

Au moins 150 personnes ont perdu la vie dans de violents affrontements intercommunautaires au Soudan, dans l’Etat du Nil Bleu notamment, rapportent plusieurs médias. Les attaques ont débuté, selon des témoins, le mercredi et se sont poursuivies le jeudi 20 octobre 2022 dans la localité de Wad el-Mahi, à 60 kilomètres de Damazin, la capitale de l’État du Nil Bleu.

Les tribus en conflit sont les Gumuz et les Haoussas. Les premières ont été assaillies par des hommes armés Haoussa.

La scène décrite par des témoins fait état d’un niveau de violence extrême avec de nombreux blessés par balles et par coups de couteaux, des rescapés carbonisés par les flammes, des hommes abattus à l’arme lourde, des pâtés de maisons entiers ont été réduits en cendre. Ces pâtés de maisons abritaient principalement femmes et enfants qui s’y étaient réfugiés.

La mission de l’ONU au Soudan a exprimé sa «grave inquiétude» de l’escalade des violences meurtrières entre tribus dans cette partie du Soudan appelant les autorités à s’attaquer «aux racines du problème» et à garantir «le droit des habitants à la sécurité».

Depuis le mois de juillet, la tension est à son comble entre communautés. Les Haoussas revendiquent le droit de posséder des terres. Les autres tribus s’y opposent et considèrent que les Haoussas ont été privilégiés sous le régime d’Omar el-Béchir.

Les 150 morts viennent s’ajouter aux 149 autres personnes qui ont été tuées entre le mois de juillet et début octobre. Les affrontements avaient fait des centaines de blessées et 65 000 déplacées dans l’État du Nil bleu, selon l’ONU.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire