Accueil A la une Soudan: un coup d’Etat bien prévisible!

Soudan: un coup d’Etat bien prévisible!

Les populations civiles arriveront-elles à faire échec au coup d'état contre la transition? (Ph. france24.com)

Et ce qui devait arriver arriva! La formule va comme un gant aujourd’hui au Soudan victime d’un coup d’Etat militaire, alors que le pays se trouve englué, depuis deux ans, dans une transition politique moitié kaki, moitié civile. Un monstre imposé au Soudan après la chute de Omar el-Béchir, et qui finit, par prendre en main, cet instrument appelé transition, trouvaille des experts de la chose politique et de la communauté internationale après les putschs ou insurrections populaires. Comme un remède universel, il est appliqué systématiquement, selon le schéma immuable, soit du président militaire flanqué d’un Premier ministre civil servant au mieux des cas, de faire-valoir, comme au Mali. Soit du contraire, c’est-à-dire un chef de l’Etat intérimaire civil, juste abonné à l’inauguration des chrysanthèmes, couplé avec un Premier ministre militaire qui détient la réalité des pouvoirs, comme au Burkina Faso à la suite de la démission de Blaise Compaoré, emporté par un mouvement populaire en octobre 2014. Au Soudan, la lune de miel est visiblement bien finie entre militaires et civils qui, jusqu’à la rupture, n’ont jamais réussi à masquer leurs divergences.

Au Soudan, comme au Mali, où les militaires sont venus voler la révolution populaire, en coiffant au poteau des civils qui ont ébranlé le régime en place sans réussir à le faire tomber, le Assimi Goïta, n’est pas un colonel, mais un général du nom de Abdel Fattah al-Burhan. Mettant à profit les contradictions qui ont toujours miné cette transition hybride, les querelles entre politiciens, les crises qui ont secoué le pays à l’est, les réformes économiques du Fonds monétaire international, impopulaires comme partout, les pénuries diverses de denrées vitales, la signature d’accords de paix avec le voisin de Juba, etc., le nouvel seul homme fort de Khartoum, a remis les compteurs presqu’à zéro. Dissolution du Conseil souverain de la transition et du gouvernement, état d’urgence, arrestation du Premier ministre et d’autres ministres retenus dans un endroit inconnu, ont, entre autres, marqué ce coup d’Etat, contre lequel se sont levés, pardon relevés, comme un seul homme, les Soudanais épris de paix, de justice et de démocratie, qui croyaient avoir fait le plus dur, en se débarrassant de Omar el-Béchir.

Mais que peuvent ces populations civiles contre une armée qui reprend les rênes du pays, sentant ses intérêts menacés, elle, dont la mainmise sur l’économie soudanaise est un véritable secret de polichinelle? Des milliers de civils qui sont redescendus dans la rue contre le coup d’état du général Abdel Fattah al-Burhan comme ils l’avaient fait, en avril 2019 pour chasser Omar el-Béchir du pouvoir. Toutefois, ils avaient dû attendre le coup de pouce salvateur des militaires qui, pour sauver les meubles, ont mis aux arrêts le général danseur à la canne. Maintenant qu’ils ont en face, ces mêmes militaires poussés par l’instinct de survie, les civils, armés de leur seule détermination face aux canons à feu, seront-ils en mesure de rééditer l’exploit d’il y a deux ans? Les jours à venir, seront décisifs dans ce nouveau bras-de-fer entre civils et communauté internationale d’un côté et l’armée soudanaise de l’autre. Des sources fiables évoquent déjà au moins 3 morts et plus de 80 blessés aux premières heures de ce coup de force, le bilan pouvant bien s’alourdir cette nuit, et dans les jours à venir, malgré l’état d’urgence décrété par les putschistes. Seule la mobilisation sincère, mais musclée, de la communauté internationale qui s’inquiète et condamne l’acte perpétré par l’armée, pourrait remettre le Soudan comateux, sur les chemins de la renaissance.

Question: pourquoi avoir forcément  cherché à constituer un attelage militaro-civil pour cette transition qui devait servir de balise à une marche vers la démocratie et la liberté, après près de trois décennies, d’un régime militaire de fer dirigé, de 1993 à 2019, par Omar el-Béchir, véritable prédateur des droits humains? Difficile de ménager, dans certaines circonstances, la chèvre et le chou, même si c’est l’irruption des hommes en kaki sur le théâtre des manifestations qui a porté le coup fatal à Béchir. Les militaires, aujourd’hui nostalgiques des temps Omar el-Béchir où ils étaient les seigneurs de l’économie soudanaise, ne sont-ils pas simplement en train de tomber le masque, après avoir réussi à jouer le jeu du loup dans la peau de l’agneau qui acceptait d’aller docilement au sacrifice sur l’autel de la démocratie?

C’est plus que jamais le moment pour la communauté internationale, dépouillée de tout dessein inavoué,  de se ranger, aux côtés du peuple, pour l’aider à récupérer sa révolution confisquée, et jouir, au bout du rouleau, du doux nectar de la véritable liberté.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire