Accueil A la une Affaire Dabo Boukary: «Que les décisions de justice qui seront rendues, soient...

Affaire Dabo Boukary: «Que les décisions de justice qui seront rendues, soient respectées»

L’Affaire Dabo Boukary, étudiant en 7e année de médecine, tués dans des situations troubles à la suite d’une manifestation à l’Université Joseph Ki-Zerbo, il y a 32 ans, a été enrôlé au même titre que 18 autres dossiers de crimes de sang et économiques qui seront jugés par la Chambre criminelle de la Cour d’Appel de Ouagadougou, a constaté une équipe de Wakat Séra le lundi 19 septembre 2022. Me Prosper Farama, avocat du dossier emblématique, demande « que les décisions de justice qui seront rendues, soient respectées ».

Comme bon nombre de Burkinabè, la programmation du dossier Dabo Boukary pour être jugé, « soulage », Me Prosper Farama qui s’est adressé à la presse à l’ouverture du jugement des 19 dossiers devant les assises criminelles.

«Depuis un certain temps, il y a un long processus de restauration par la justice de l’Etat de droit. Que ces procès se tiennent dans le respect des droits de toutes les parties (défense et civile) », a exhorté Me Farama qui émet un bémol, voulant que les populations et les défenseurs de droit de l’homme suivent avec une attention particulière la suite qui sera réservée aux éventuelles condamnations dans ce procès.

«Nous osons espérer que nous ne faisons pas tout cela juste pour les besoins d’un folklore. Que les décisions de justice qui seront rendues, quel que soit le sens dans lequel ces décisions seront prises, qu’elles soient respectées. Il ne faut pas que pour des considérations d’ordre politique nous venions prétendre que nous rendons justice et pour la suite venir piétiner les décisions de justice », a-t-il mis en garde.

Ces jugements concernent une large palette d’infractions car ces dossiers vont des crimes de sang à, parfois, des crimes économiques.

Pour, le procureur général Jean-Jacques Ouédraogo, « ces jugements permettent de résoudre les problèmes latents et cela contribue à désamorcer beaucoup de crises ».

Il a signifié que les audiences se passeront de la façon la plus sereine en dépit des enjeux non négligeables qu’il y a dans le rôle actuel de la Cour. « La loi prescrit que nous devons nous tenir droit, silencieux dans les salles d’audience. Que les règles équitables de droit soient observées et que tous aient le droit de se défendre et d’attaquer. Que les témoins puissent déposer sans crainte et sans haine en toute sérénité. Et que la Cour puisse faire son travail, celui de juger les dossiers qui lui sont soumis », a-t-il le Procureur général, Jean-Jacques Ouédraogo.

«Nous avons renvoyé à ce rôle-là quelques dossiers des assises passées de Koudougou qui avaient été appelés mais qui pour des raisons de procédures n’avaient pas pu être retenus et donc vidés On a fait l’effort de les reprogrammer cette fois-ci malgré la saison des pluies en souhaitant que les témoins puissent venir et que tout le monde puisse déposer en toute sérénité », a-t-il ajouté.

Me Mathieu Somé, avocat du général Gilbert Diendéré, il arrive à ce procès « serein » pour pouvoir expliquer les choses selon sa façon et défendre son client selon les points de droit devant le tribunal.

A la question de savoir si tout était réuni pour un procès équitable, il a répondu : « Je ne pense pas parce que si vous remarquez, il n’y a que des présumés complices qui sont là. Les auteurs, où sont-ils ? Je ne sais pas. Donc, de ce point de vue je ne peux pas être affirmatif».

«On n’a pas la liste des témoins mais on a lu leur Procès-verbal (PV), ceux qui ont déjà déposé devant les juridictions d’instructions et donc on attend d’échanger avec eux au cours du procès », a-t-il poursuivi, attendant de ce procès, « ce que tout le monde attend, la manifestation de la vérité et que cette vérité ne soit pas la vérité attendue mais la vérité tout simplement».

A noter que pour la session, il y a 42 accusés, 44 parties civiles, 3 civilement responsables, une trentaine de chefs d’inculpation.

Par Daouda ZONGO et Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire