Accueil Opinion Afrique 2018 : chapeau bas à l’Ethiopie !

Afrique 2018 : chapeau bas à l’Ethiopie !

1151
0

Le journaliste congolais, réfugié en France, Jean-Jules Lema Landu, analysant la situation de l’Afrique en général au cours de l’année 2018, tire son chapeau à l’Ethiopie qui est de son avisn, « Exemple à suivre ».

Avec le mois de mars, comme à l’accoutumée, les pays – aussi bien d’ailleurs que les entreprises -, vont commencer à publier leur bilan, pour l’année 2018. Des chiffres, des graphiques, d’infographies, des statistiques donc, pour montrer l’évolution qui a marqué leur action. L’Afrique ne sera pas en reste, mais pour l’Ethiopie, il s’agira de voir les choses sous un autre angle : des actes concrets posés pour l’instauration de la paix dans la Corne de l’Afrique.

Ce n’est pas que les statistiques ne traduisent point la réalité socio-économique d’un pays, loin de là. Les Africains y ajoutent foi, mais ils attendent depuis des décennies, sans rien y voir, la traduction des chiffres en actes. La traduction du langage économique, par exemple « bonne croissance », en « bons salaires », etc. Par extension, que l’ensemble de cet apport économique ait également des retombées bénéfiques sur la résolution des conflits ethniques endémiques, à travers le continent. Tout est lié.

Le Sénégal, à titre d’illustration, a réalisé en cela des scores appréciables.  Le produit intérieur brut (PIB), par exemple, caracole à 7,4 %, tandis que le déficit budgétaire a été réduit à 4 %. Une prouesse en soi, pour ne citer que ces deux variables.  Mais « les deux tiers des Sénégalais vivent avec moins de deux euros par jour », selon le journal Le Monde.

Pourquoi faire honneur à l’Ethiopie, alors qu’en dépit de ce fait truculant s’il en est, elle garde toujours les pieds liés dans le sable mouvent d’une « Afrique statique » ? Qui refuserait de démarrer…

Honneur plutôt à son tout nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, depuis avril 2018, puisqu’il se pose en deux ex machina dans un pays assis sur des conflits communautaires récurrents. L’Ethiopie, c’est l’image d’un problème politique, où les Tigréens, une ethnie minoritaire (4,2 % de la population), détient le pouvoir depuis des décennies. Au détriment principalement des Oromos et des Amharas qui, presqu’à égalité, totalisent plus de 60 % d’habitants. L’Ethiopie, c’est le problème foncier toujours d’actualité entre ethnies ; le tout coiffé par des rébellions internes et les séquelles de deux guerres frontalières avec l’Erythrée, au nord, et la Somalie, au sud-est.

Si Abiy, le réformiste et premier Oromo au pouvoir, n’a pas encore tout résolu, il a réalisé en moins d’un an, ce que ses prédécesseurs, Meles Zenawi et Hailemariam Desalegn, n’ont pu faire en vingt-trois ans. En interne, l’Ethiopie s’achemine vers la paix civile. La révolte des Oromos aussi bien que les rébellions de tous ordres sont presque résorbées, tandis que le litige sur l’Ogaden, pomme de discorde avec la Somalie, est en « discussion fraternelle ». Une femme a été élevée à la fonction honorifique de présidente de la fédération. Mais la poutre maîtresse de cette croisade de la paix réside dans la « fin totale » de situation de guerre avec l’Erythrée. Une guerre qui a fait près de quatre-vingt mille victimes entre 1998 et 2000. Et, en apothéose, en juillet dernier, l’organisation des visites réciproques du président Erythréen, Isaias Afwerki en Ethiopie et du Premier ministre éthiopien en Erythrée.

Depuis l’avènement d’Abiy, la Corne de l’Afrique est diplomatiquement en mouvement. A la manœuvre, l’Ethiopien invite ses pairs érythréen, Somalien, Djiboutien et même Kenyan à penser « intégration régionale ». Admirable, en si peu de temps ! Exemple à suivre.

Laisser un commentaire