Accueil Communiqué de presse Afrique/Pays en conflit: l’initiative de IFC pour un développement responsable du secteur...

Afrique/Pays en conflit: l’initiative de IFC pour un développement responsable du secteur privé

Déplacés internes @Lefaso.net

IFC a annoncé, ce 8 mars, le lancement de l’Initiative Afrique Fragilité (ou «AFI» selon son acronyme anglais), un programme quinquennal ayant pour but de favoriser une croissance responsable et la création d’emplois par le secteur privé dans 32 pays africains fragiles et touchés par un conflit.

L’AFI s’inscrit au cœur de la stratégie d’IFC visant à renforcer les marchés les moins développés d’Afrique. Elle a pour vocation de réunir le secteur privé et les partenaires au développement afin d’apporter des services de conseil et un soutien à l’investissement en vue de favoriser le développement des entreprises, d’identifier les champions locaux et d’améliorer la fourniture de biens et de services au profit de millions de personnes sur le continent africain.

IFC et ses partenaires apporteront un appui sur le terrain destiné à encourager l’investissement dans des pays où les coûts de fonctionnement des entreprises sont élevés, les difficultés opérationnelles considérables et les besoins de développement tout aussi importants. L’initiative porte en particulier sur le Sahel, où l’instabilité, la croissance démographique rapide, les changements climatiques et les pénuries alimentaires ont fait durablement basculer la région dans la fragilité.

Dans le cadre de l’AFI, IFC et ses partenaires s’attacheront à renforcer la connaissance des marchés, à repérer les entreprises locales prometteuses et à les accompagner pour les mettre en capacité de recevoir des investissements, tout en établissant des relations indispensables à la création d’emplois et au développement.

« C’est en Afrique que se trouvent la plupart des pays fragiles et touchés par un conflit, dont beaucoup souffrent d’une pauvreté endémique et d’un manque d’investissement chronique », a déclaré Sérgio Pimenta, vice-président régional d’IFC pour l’Afrique. « L’Initiative Afrique Fragilité est un nouvel outil grâce auquel IFC pourra travailler en étroite collaboration avec ses partenaires, partager ses connaissances opérationnelles, mieux intégrer les enjeux propres aux situations de conflit et systématiser les investissements responsables et adaptés au contexte des marchés qui en ont le plus besoin. »

Les situations de fragilité se multiplient à travers le monde. L’Afrique, où la pauvreté est exacerbée par le changement climatique et la pandémie de COVID-19, est touchée de manière disproportionnée. IFC s’est engagée à renforcer de manière significative son action en faveur des pays en situation de fragilité et de conflit : d’ici à 2030, elle s’engage à réaliser 40 % de ses investissements dans des pays bénéficiant de l’aide de l’Association internationale de développement (IDA), incluant 15 à 20 % dans des pays IDA à faible revenu et des pays IDA en situation de fragilité et de conflit.

Conformément à la stratégie du Groupe de la Banque mondiale pour les situations de fragilité, conflits et violence, les programmes d’IFC, tout comme ceux de l’ensemble du Groupe, s’attachent à fournir des ressources adaptées et spécialisées conçues pour avoir un impact dans les environnements fragiles. L’AFI vient appuyer les engagements pris par IFC au titre de cette stratégie mais aussi de son augmentation de capital en 2018.

Cette nouvelle initiative de 74 millions de dollars est soutenue par de multiples partenaires au développement, dont les gouvernements irlandais et norvégien, qui la financent déjà. Elle s’appuie sur l’expertise, les connaissances et les relations forgées depuis 13 ans dans le cadre de l’Initiative d’IFC pour les pays touchés par un conflit en Afrique (ou « CASA » selon son acronyme en anglais), qui a pris fin en décembre 2021 après avoir réalisé des investissements et conduit des programmes d’assistance technique dans 13 pays.

« Après la pandémie de COVID-19 et face à d’autres défis urgents, il est plus que jamais essentiel de soutenir les pays fragiles et touchés par un conflit en Afrique », a affirmé Vegard Pedersen, conseiller senior au département Partenariats et prospérité partagée de l’Agence norvégienne de coopération pour le développement (NORAD). « Nous collaborons depuis longtemps avec IFC afin de soutenir le secteur privé en Afrique et, grâce à cette nouvelle initiative, nous espérons contribuer de manière significative à l’amélioration des conditions de vie et à la croissance dans les zones fragiles. »

« L’AFI s’inscrit dans le droit fil des efforts déployés depuis longtemps par l’Irlande pour appuyer le développement dans les pays africains où la croissance est entravée par de nombreux défis », a indiqué Ruairí de Búrca, directeur général d’Irish Aid, au sein du ministère irlandais des Affaires étrangères et du Commerce. « Les défis liés à fragilité doivent être résolus de toute urgence et nous sommes convaincus que notre partenariat avec IFC et d’autres acteurs favorisera la création d’emplois et les opportunités économiques sur ces marchés complexes. »

La nouvelle initiative apportera son appui à cinq sous-régions : le Sahel et l’Afrique de l’Ouest ; la Corne de l’Afrique ; l’Afrique centrale et les Grands Lacs ; l’Afrique australe et l’océan Indien ; et l’Afrique du Nord.

L’AFI est conçue pour tenir compte de la dimension sous-régionale de la fragilité, rendue d’autant plus complexe lorsque les conflits et leurs effets se propagent au-delà des frontières. Elle veillera également à ce que la dynamique des conflits et les actions visant à les atténuer soient intégrées aux activités d’IFC et de ses partenaires sur le terrain.

À propos d’IFC

La Société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution de développement axée sur le secteur privé dans les marchés émergents. Elle est active dans plus de 100 pays et consacre son capital, ses compétences et son influence à la création de marchés et de débouchés dans les pays en développement. Au cours de l’exercice 2021, IFC a engagé un montant record de 31,5 milliards de dollars au profit de sociétés privées et d’institutions financières dans des pays en développement, mobilisant ainsi les capacités du secteur privé pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée dans des économies aux prises avec les conséquences de la pandémie de COVID-19. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.ifc.org.

Pour suivre l’actualité d’IFC

www.facebook.com/IFCwbg

www.twitter.com/IFC_org

www.youtube.com/IFCvideocasts

www.ifc.org/SocialMediaIndex

À propos du Groupe de la Banque mondiale
Le Groupe de la Banque mondiale contribue de manière essentielle aux efforts déployés à l’échelle mondiale pour mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée. Il compte cinq institutions : la Banque mondiale, qui se compose de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et de l’Association internationale de développement (IDA) ; la Société financière internationale (IFC) ; l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) ; et le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). Ces institutions collaborent dans plus de 100 pays auxquels elles accordent des financements, fournissent des conseils et proposent des solutions pour les aider à faire face aux défis les plus pressants qu’il leur faut relever dans le domaine du développement. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.banquemondiale.org/fr, www.miga.org et www.ifc.org.

Laisser un commentaire