Accueil Economie Assistance aux veuves et blessés des FDS: la LONAB finance la construction...

Assistance aux veuves et blessés des FDS: la LONAB finance la construction d’un centre à hauteur de 37 M FCFA

Pose de la première pierre de la construction du centre de formation au camp Ouezzin Coulibaly à Bobo-Dioulasso

La Loterie nationale burkinabè (LONAB), alliée à l’association GO PAGA, a procédé le lundi 27 juin 2022 à la pose de la première pierre du Centre de formation, d’éducation et de promotion sociale sur le site d’assistance des veuves et les blessés des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), au camp Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso. Le coût du projet est évalué à 37 millions FCFA.

La Loterie nationale burkinabè (LONAB) s’est engagée à accompagner le programme Go PAGA qui a pour objectif de contribuer à l’insertion économique des femmes et des jeunes au Burkina Faso. D’un coût de 37 millions de FCFA, ce projet est entièrement financé par la Nationale des jeux de hasard. L’infrastructure aura pour mission principale d’offrir un cadre d’apprentissage pour les veuves des membres des FDS tombés sur les théâtres de combats contre le terrorisme. Après la pose de la première pierre, la fin des travaux de construction de l’infrastructure est attendue le 27 août prochain et recevra ses premiers pensionnaires courant septembre 2022.

Le directeur régional de la LONAB des Hauts-Bassins, Ibrahim Lingani, a remercié et félicité l’association Go PAGA pour sa belle initiative qui soulagera à n’en pas douter les bénéficiaires du projet. Il a salué le projet qui permet à sa structure de véritablement marquer d’une emprunte sa « solidarité » et sa «compassion » aux familles des FDS victimes des attaques terroristes. « C’est vraiment un cri du cœur et la LONAB se sent obligée de les accompagner dans ce sens », a soutenu M. Lingani.

Ibrahim Lingani, directeur régional de la LONAB Hauts-Bassins (Ph. Lefaso.net)

Le joyau de la LONAB sera composé « d’ateliers de couture, de coiffure, de saponification et d’une crèche pour la prise en charge des enfants des veuves afin de leur permettre de poursuivre leur formation, d’aires de jeux pour enfants et d’un espace pour la culture hors-sol afin de renforcer l’autonomie financière de ces femmes et préserver leur dignité et celle de leurs familles ». En plus de cela, un second centre qui est celui composant les locaux du centre de formation et des loisirs pour les blessés, sera construit sur le site.

Il sera dédié à la « réhabilitation et réinsertion » des membres des FDS blessés lors de leur mission au service de la patrie afin de leur offrir « un cadre de rééducation et de formation » pour leur permettre de guérir plus rapidement de leurs blessures physiques et mentales et de réintégrer la société. Le centre regroupera des formations en métiers divers en plus de nombreuses activités de divertissement et sportives.

Fadima Kambou, présidente de l’association Go PAGA (Ph. Lefaso.net)

Selon Fadima Kambou, présidente de l’association Go PAGA, initiatrice de ces sites d’assistance aux veuves et blessés de forces de défense et de sécurité de la région de l’ouest, ce centre de formation sociale est le deuxième, le premier ayant déjà été réalisé au camp Lamizana. C’est donc pour eux un honneur que les partenaires leur fassent confiance. Elle a souligné que pour la construction, les plans seront d’abord validés par le génie militaire.

Pour le lieutenant-colonel Wilfried Ouédraogo, commandant de la deuxième région militaire de Bobo-Dioulasso, ces réalisations sont très importantes et renforcent le moral de leurs hommes engagés partout sur les terrains d’opérations. Il a estimé que « ce centre va permettre de rassurer les militaires que même s’ils tombent, leurs familles seront prises en charge, et on va les aider à pouvoir continuer à élever leurs enfants. Donc avoir ce centre ici à Bobo-Dioulasso, rapproche un peu ces familles des autres militaires. Nous pensons que c’est bien et remercions tous les partenaires et la LONAB ici présents ».

Le Lieutenant-colonel Wilfried Ouédraogo, commandant de la 2e région militaire de Bobo-Dioulasso (Ph. Lefaso.net)

Selon les représentants de la société civile associés à ce projet, cet acte est un élan de solidarité, une reconnaissance des partenaires et du peuple burkinabè du sacrifice consenti par les forces combattantes de l’Etat pour la stabilisation et la quiétude du Burkina Faso.

Ainsi, elle a décliné un message à l’Armée en ces termes : « Nous sommes la société civile et nous participons. Il y a le droit commun qui réalise des choses mais il y a la société civile. En tant que Burkinabè, nous venons avec des partenaires, l’ensemble des filles et fils du pays pour leur dire nous sommes avec vous ».

Photo de famille lors de la pose de la première pierre de la construction du centre de formation au camp Ouezzin Coulibaly

Les formations seront assurées par des bénévoles en guise de soutien à l’Armée.
Les formations pour les veuves dureront un à six mois selon les métiers, puis suivront leurs installations. Il faut aussi noter que quelques matériels ont également été offerts par les militaires à travers la mutuelle des Armées.

Le programme dénommé Go PAGA, est une initiative qui vise à accompagner les veuves et orphelins des militaires burkinabè tombés sur le champ de bataille. Il s’agit entre autres d’assurer l’autonomisation, un suivi psychologique et juridique des veuves et une scolarisation des orphelins.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire