Accueil A la une Attaque sur l’axe Bourzanga-Djibo: les victimes en majorité des femmes et des...

Attaque sur l’axe Bourzanga-Djibo: les victimes en majorité des femmes et des enfants

Le ministre burkinabè de la Défense, le général de brigade Aimé Barthélémy Simporé

Le ministre de la Défense nationale, le général Aimé Barthélémy Simporé, a informé, au sortir du Conseil des ministres du mercredi 7 septembre 2022, que les victimes de l’attaque terroriste survenue sur l’axe Bourzanga-Djibo dans le Sahel «sont essentiellement des femmes et des enfants», indiquant que «cela révèle la nature cynique des groupes terroristes».

L’attaque à la mine artisanale contre un convoi de ravitaillement, le lundi 5 septembre 2022, sur l’axe Bourzanga-Djibo dans la région du Sahel a fait 35 morts et 37 blessés, tous des civils, selon un communiqué du gouverneur de la région.

A l’issue du Conseil des ministres du mercredi 7 septembre 2022, le ministre de la Défense nationale, le général Aimé Barthélémy Simporé, a apporté des éléments d’information sur ce drame, confiant que les victimes de cette attaque «sont essentiellement des femmes et des enfants».

«Selon les premières investigations, c’est un engin télécommandé qui a causé l’incident. C’était le 81e véhicule du convoi, qui contenait essentiellement des femmes et des enfants, qu’ils ont explosé», a déclaré le ministre Simporé.

Pour le ministre, cela «révèle la nature cynique des groupes terroristes». Il a appelé tout le monde, mouvements des droits de l’homme, partis politiques, la population toute entière, à condamner ces actes.

Il a également indiqué que la journée du refus de terrorisme sera organisée «pour continuer la réflexion».

Au lendemain de l’attaque, le président du Faso, le lieutenant-colonel Damiba, a exprimé sa compassion envers les familles des victimes et a affirmé sa «ferme conviction» de ce que les terroristes «seront vaincus».

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire