Accueil Monde Bénin: Sauver le précieux héritage politique de Mgr Isidore de Souza

Bénin: Sauver le précieux héritage politique de Mgr Isidore de Souza

Le professeur de Maths-Physique et certifié d’Histoire, Félix Côme d’Oliveira, a rendu un vibrant hommage, à travers un ouvrage, à Mgr Isidore de Souza, considéré comme l’un des piliers de la démocratie béninoise. Dans ce livre de 150 pages intérieures, intitulé, «Sauver le précieux héritage politique de Mgr Isidore de Souza», le Directeur-fondateur du collège des «Elites de Demain» et ancien directeur du Centre International de Formation Ajavon Sébastien (CIFAS-Bénin), Félix Côme d’Oliveira, évoque la partition déterminante qu’a jouée le regretté Père archevêque de Cotonou dans l’ancrage de la démocratie au Bénin, notamment par le biais de l’historique conférence nationale de 1990 qu’il a présidée et son rôle clé dans la transition politique de ce pays dit anciennement «Quartier latin de l’Afrique».

Mgr Isidore de Souza est reconnu au Bénin et en Afrique pour avoir conduit avec maestria mais dans une humilité dont lui seul semble avoir le secret, les travaux de la Conférence nationale des forces vives du Bénin du 19 au 28 février 1990. Par une extraordinaire écoute et une pondération qui, selon certains ne pouvaient être qu’inspirées par Dieu, le quatrième archevêque de Cotonou a joué un rôle d’envergure pour le succès de la Conférence nationale, et pour le bon déroulement de la période de transition démocratique en Afrique.

C’est pourquoi l’écrivain Félix Côme d’Oliveira a voulu marquer un temps d’arrêt sur le «rôle très important et très discret» joué par l’Eglise famille de Dieu au Bénin pour garantir la réussite du processus démocratique dans son pays. Mgr Isidore de Souza a accompagné le général président Mathieu Kérékou qu’il a persuadé et amené à appliquer toutes les décisions de la Conférence. Ce n’était pas gagné d’avance et le challenge était loin d’être le plus simple à relever. Mais le prélat béninois a relevé le défi et contribué ainsi à remettre le Bénin sur les sentiers de la démocratie. L’expérience béninoise a été alors appréciée à sa juste valeur, plaçant le pays du Cardinal Bernardin Gantin en position de phare de la démocratie sur le continent.  Et même au-delà de l’Afrique, a rappelé l’auteur de l’ouvrage, qui tire la sonnette d’alarme pour «sauver le précieux héritage politique de Mgr Isidore de Souza».

Face à l’«oubli d’une des pages les plus importantes de notre histoire, notre statut d’historien nous interpelle pour apporter l’éclairage historique dont les Béninois ont besoin pour reprendre conscience», a reconnu le professeur Félix Côme d’Oliveira, ajoutant que par le biais de cette œuvre, «nous avons voulu faire revisiter à tous nos concitoyens les graves situations traversées par les pays du continent noir et qui ont conduit au déclenchement du processus de démocratisation de l’Afrique».

«Sauver le précieux héritage politique de Mgr Isidore de Souza» ou l’appel de Félix Côme d’Oliveira aux Béninois et Africains à ne pas ranger aux oubliettes les actions positives de l’homme de Dieu sur le plan politique. L’ouvrage composé de quatre parties toutes indépendantes, chacune de l’autre, est donc plus qu’un simple livre mais un témoin de l’histoire de l’ancien Danxomè (Dahomey).

Cette réactualisation du souvenir du déclenchement du processus démocratique au Bénin, au début de la décennie 1990, vise essentiellement «à faire prendre conscience» aux Béninois de leur «devoir patriotique de pérenniser cet héritage politique que nous avons acquis de hautes luttes», a souligné l’auteur.

«Tout se passe de nos jours comme si les Béninois et les Béninoises qui ont connu les pires atrocités en une certaine période, ont tout oublié de ce que leur pays a subi dans les dernières années de la décennie 1980», selon l’écrivain qui estime qu’en ce qui concerne «la jeune génération qui ne l’a pas réellement vécue, elle se comporte pacifique» comme si de rien n’a été.

Baptisé le lundi 6 octobre 1958 en l’Eglise Saint Michel de Cotonou, Félix Côme d’Oliveira y est responsable du groupe de prière de Padre Pio de Jéricho et Président de la famille des Auditeurs de Radio Immaculée Conception (FARIC) de Saint Michel de Cotonou. Il est aussi l’auteur d’une belle brochette d’ouvrages dont celui intitulé, «Le Chrétien doit faire la politique autrement».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire