Accueil A la une Burkina: «Celui qui dit que l’Armée ne monte pas en puissance est...

Burkina: «Celui qui dit que l’Armée ne monte pas en puissance est un soutien fort au terrorisme»

Les dirigeants du Front de Libération nationale (FLN). Marcel Tankoano (micro)

Les responsables du Front de Libération nationale (FLN) ont lancé, au cours d’une conférence de presse le jeudi 18 août 2022, à Ouagadougou, leur mouvement, « un regroupement de patriotes téméraires », visant à combler l’insuffisance des actions citoyennes et aussi à contrer toute autre organisation civile qui ne va dans le sens de la transition. « Celui qui dit que l’Armée ne monte pas en puissance est un soutien fort au terrorisme », a déclaré avec force, Marcel Tankoano, l’un des dirigeants du mouvement qui annonce pour les jours à venir, le lancement officiel de ses activités, à Koudougou, dans le Centre-Ouest du Burkina Faso pour engager « une lutte sans merci » contre les terroristes.

Le Front de Libération nationale (FLN), le dernier né des organisations de la société civile au Burkina Faso, a été présenté aux journalistes. « Nous avons décidé de sonner le glas de l’insuffisance des actions citoyennes et de porter fièrement et stoïquement sur les fonts baptismaux le Front de Libération Nationale, en abrégé FLN dont le lancement officiel des activités interviendra dans les prochains jours », a affirmé le conférencier principal, Marcel Tankoano, qui revendique pour l’heure 62 organisations affiliées au mouvement mais sans autres détails et précisions.

Le FLN, selon ses dirigeants, est un regroupement « salvateur de patriotes témérairement et indéfectiblement déterminés dans la lutte sans merci pour la restauration du territoire national, fût-t-il au prix du sacrifice suprême ». « Le FLN, espoir de tout un peuple et terreur des terroristes, sera conduit par des leaders charismatiques et de grande notoriété issus d’organisations de la société civile réputées. Le directoire sera animé par un triumvirat», a avancé Marcel Tankoano du Mouvement du 21 avril en abrégé, M21.

Ce regroupement regrette que cela fait presque sept longues et éprouvantes années que les campagnes et les villes de plusieurs régions du Burkina soient érigées en hécatombe par des vampires assoiffés de sang qui ont pris en otage la religion et l’humanité dans les verrous de kalachnikov se nourrissant de rapines, de pillages, d’exactions immondes et habillés dans des accoutrements d’une extrême mocheté à l’image de leurs âmes.

« Voici 6 longues années et bientôt 7 berges, que le territoire jadis libre et intègre du Burkina est rongé par des parias et est tristement menacé dans ses fondements mêmes avec un bilan macabre : plusieurs morts, plus de deux millions de Personnes Déplacés Internes, harcelés et terrorisés par l’horreur, plus de 2 000 écoles fermées, des mères et leurs filles tragiquement converties à leur corps défendant en péripatéticiennes, des bambins se livrant piteusement à la mendicité, les champs abandonnés en pleine campagnes agricoles annoncent une crise alimentaire à l’horizon. Bref, ce sont là, entre autres, la petite partie du drame humain et social que le terrorisme a engendré durant le triste règne du MPP et de ses alliés », a résumé nerveusement M. Tankoano.

Pour lui, c’est ce constat qui n’a laissé d’autre choix à l’Armée de prendre ses responsabilités afin d’engager l’œuvre de restauration de l’intégrité du territoire national, en renversant le régime de Roch Marc Christian Kaboré. « Une œuvre à laquelle nous sommes solidaires et pour laquelle nous engageons toute notre énergie afin de libérer notre territoire des mains de ces individus sans foi ni loi », s’est-il empressé d’ajouter.

Ainsi, le FLN a appelé et exhorté tous les Burkinabè patriotes à rejoindre ses rangs pour qu’unis autour de l’action unique des braves Forces de défense et de sécurité (FDS), des Volontaires pour la défense et la patrie (VDP) et des autorités, le peuple « parvienne à sonner le glas de l’emprise terroriste et a dressé un cimetière éternel du terrorisme ». « Hic et nunc, nous entamons avec les dignes et les patriotes intègres notre marche intrépide et victorieuse vers l’horizon de la libération nationale », a lancé Marcel Tankoano.

Ce mouvement a mis, par ailleurs, en garde des mouvements notamment le Front patriotique et le BUTS, Burkinabè unis pour la transformation sociale qui travailleraient à faire échouer la transition. « Si les ennemis d’hier, ceux qui se regardaient en chien de faïence, se sont unis pour communier à l’utopie d’une prochaine insurrection, certains dans des envolées lyriques indigestes se donnent le risible objectif de réécrire l’histoire politique du Burkina à l’heure où la priorité des Burkinabè est la restauration de l’intégrité territoriale et la réinstallation des Personnes déplacés internes, ils nous auront en face », ont prévenu les conférenciers.

Pour eux, dans cette « cacophonie et ramdam des officines du régime déchu de Roch Marc Christian Kaboré qui font des mains et des pieds pour revenir aux commandes, le peuple a décelé le jeu de dupe et a éloquemment exprimé sa faroucherie et sa frustration. Le dessein mal voilé de ramener le régime déchu dans les affaires est définitivement voué à l’échec ». « Les véritables patriotes sont ceux qui sont au front de la restauration de l’intégrité territoriale, ceux dont la littérature est dominée par la question de la libération nationale », ont-ils martelé.

Le FLN qui revendique d’être engagé dans « la seule et unique cause de la patrie » épouse éloquemment le slogan : « Ma patrie d’abord » pour servir de phare à toutes ses actions. « Ce slogan est un cri du cœur qui contraste et qui se distingue des affabulations et des balivernes aux antipodes des aspirations et des priorités du peuple », a lâché Marcel Tankoano.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire