Accueil Culture Burkina/Culture: « le savoir-fer chez les Moosé » en 103 pages

Burkina/Culture: « le savoir-fer chez les Moosé » en 103 pages

Le Dr Lassina Simporé a dédicacé, le mardi 21 décembre 2021, sa dernière oeuvre, dans la salle de délibération de la mairie centrale de Ouagadougou, intitulée : LE SAVOIR-FER CHEZ LES MOOSE DU BUKINA FASO. Le présent Maître de conférences à l’Université Professeur Joseph Ki-Zerbo du Burkina Faso, a tenu, à travers cet ouvrage, à rendre hommage au savoir-faire millénaire en archéologie des ancêtres.

Publié aux éditions Mercury en décembre 2021, LE SAVOIR-FER CHEZ LES MOSSE DU BURKINA FASO est un titre homophone, savamment mis-à-dessein par l’enseignant-chercheur, et qui résume les 103 pages de l’œuvre. Archéologue de formation, le Dr Lassina Simporé est également chercheur en histoire, en muséologie et en patrimoine culturel, physique et immobilier. Également spécialiste de la gestion des sites et monuments historiques, il a été fortement impliqué dans l’élaboration des trois propositions d’inscriptions de biens culturels et naturels burkinabè dont les ruines de Loropéni sur la liste du patrimoine de l’Unesco.

Le Burkina Faso qui représentait le continent africain en 2009 à Bakou en Azerbaïdjan fait un grand coup. Ses « sites de métallurgie ancienne du fer » sont élevés au rang de patrimoine de l’humanité. L’Unesco rendait ainsi hommage aux vestiges des aïeux datant d’au moins huit siècles avant Jésus-Christ.

LE SAVOIR-FER CHEZ LES MOSSE DU BURKINA FASO est composé de trois grands chapitres. Le premier mentionne les techniques ancestrales de recherches des produits de fer ; des méthodes d’extractions de minerais de fer et de ses traitements. Le deuxième chapitre montre comment réduire les minerais de fer en produits de transformation et enfin le dernier chapitre s’intéresse à la manipulation simplifiée de la métallurgie ancienne du fer en pays môaga.

Selon le premier docteur en archéologie, pur produit de l’Université de Ouagadougou (thèse de doctorat obtenu en décembre 2005), étudier les vestiges que l’Homme a laissés sur la terre, et cela au fil du temps, est une passion qui l’a toujours habité depuis ses premières années en faculté d’Histoire.

Étudiant du regretté Professeur Jean-Baptiste Kientéga, celui qui rêvait d’être journaliste a très tôt compris qu’il pouvait répondre à ceux qui méconnaissent voire ignorent la part de l’Afrique dans le patrimoine de l’humanité. Pour les raisons de ses écrits, le Dr Simporé affirme répondre à une préoccupation de l’Unesco. Aussi, pour « africaniser » les recherches ; enseigner les technologies archéologiques africaines et surtout donner l’exemple, car pour avoir été secrétaire général au ministère en charge de la Culture au Burkina Faso, les publications sur le patrimoine culturel burkinabè sont de nature très limitées, a fini par déplorer l’auteur.

Enfin, l’archéologue dit avoir pris la plume pour soulager un tout petit peu les enseignants des lycées et collèges. Pour avoir été enseignant de collège à Kankalaba, le chercheur culturel dit savoir de la misère de documentations sur nos cultures ancestrales.

À travers cet ouvrage, l’ex-secrétaire général du ministère en charge la Culture fait appel à tous les Burkinabè, du gouvernant au gouverné, à s’intéresser à leurs valeurs culturelles et à ne pas trop se fier au discours monopoliste mondial tendant à conjuguer le genre dans tous les temps. Dans l’Afrique antérieure, rappelle le chercheur, la femme et l’homme exerçaient chacun un rôle sociétal bien agencé sans aucune notion de discrimination ; et cela n’en déplaise au féminisme aberrant des temps modernes. Par exemple, la forge représentait la procréation. De ce fait ; la femme en période de menstrues n’a pas accès aux sites d’extraction du fer sans que cela n’émeuve personne contrairement aux aspirations ambiantes d’aujourd’hui.

L’enseignant-chercheur a, à ce jour, écrit plusieurs articles scientifiques et de presses. Il a notamment deux ouvrages à son compte : Naaba Wobgo & Waogdogo et les Nassaar Damba.

Pour les prochaines publications, deux œuvres du d paocteur sont à paraître en librairie. Le 15 janvier 2022 pour l’une (prévue à la librairie Mercury) et le 27 mars pour l’autre qui arrivera de Dakar au Sénégal.

LE SAVOIR-FER CHEZ LES MOOSE DU BURKINA FASO du Dr Lassina Simporé, livre qu’il dédie à sa mère, est disponible dans les librairies Jeunesse Africaine, Diacfa et Mercury à 5000F CFA.

Par Lassané Sawadogo (Stagiaire)

Laisser un commentaire