Accueil A la une Burkina: des greffiers exigent la résolution de leur problème

Burkina: des greffiers exigent la résolution de leur problème

1048
0

Des greffiers du Burkina sont entrés en mouvement d’humeur depuis le vendredi 19 avril 2019, « pour dénoncer les multiples injustices que des camarades subissent dans l’exercice de leur fonction », selon certaines informations. Deux syndicats des greffiers ont rencontré ce mercredi 24 avril 2019, la presse pour informer qu’ils ne sont pas les initiateurs de ce mouvement, mais précisent qu’ils « comprennent la légitimité de cette lutte ». Il s’agit du Syndicat des greffiers du Burkina (SGB) et le Syndicat national des greffiers (SYNAG).

« Nous comprenons cette colère car elle est justifiée et bien fondée », a affirmé Abdoul Aziz Kafando, secrétaire général du syndicat des greffiers du Burkina, notant qu’ils n’ont pas « cessé d’interpeller l’autorité sur la rancœur qui couvait au sein des juridictions du fait des manœuvres discriminatoires à l’égard du greffier ».

Selon ces syndicats, « le malaise est profond au ministère de la justice eu égard au nombre de préoccupations qui trainent sans solutions ». Au nombres des préoccupations, l’on peut citer « les modifications unilatérales des projets de textes avant leur envoi en adoption, le préjudice causé par le reversement, les textes d’application de la loi 054-2012 portant statut du personnel du corps des greffiers ».

« Face aux revendications légitimes clairement exprimées, nous responsables syndicaux, avons constaté avec stupeur, qu’au lieu de régler le problème, les autorités ont décidé de passer par des menaces et des intimidations », a soutenu M. Kafando.

L’intersyndical des greffiers qui « tient les autorités pour responsables de la dégradation de la situation dans les juridictions, demande au gouvernement de résoudre (leur) problème qui n’a que trop duré ».

Depuis sept mois, la justice au Burkina fonctionne au ralenti à cause d’un mouvement d’humeur des Gardes de sécurité pénitentiaire. Et à cela vient s’ajouter celui des greffiers. Cette situation qui plombe le bon fonctionnement de la justice, a conduit les avocats de se lancer dans la danse, à leur tour, pour dénoncer le « dysfonctionnement de l’appareil judiciaire ». En effet, depuis le mardi 23 avril 2019, les hommes en robe noire ont suspendu leur participation aux audiences des cours et tribunaux du Burkina, et ce pour 96 heures. Leur mouvement d’humeur sera assorti d’une marche le lundi 29 avril prochain.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire