Accueil Culture « Les poissons ne ferment pas les yeux »: des jeunes initiés en technique...

« Les poissons ne ferment pas les yeux »: des jeunes initiés en technique d’écriture de textes jeune public

Les bénéficiaires ont reçu des attestations, ici, en compagnie des officiels de la cérémonie

Le Théâtre Soleil à Ouagadougou a initié une session de formation en technique d’écriture de textes adressés au jeune public, troisième du genre, au profit de dix jeunes qui ont présenté leurs productions le samedi 3 septembre 2022 à la clôture après un mois de stage.

Cette formation, selon le professeur certifié de théâtre Thierry Oueda, directeur du Théâtre Soleil, «répond à un projet de fabrique jeune public» que le Théâtre Soleil essaie de développer au niveau du Burkina Faso.

C’est une formation qui vise à permettre à des jeunes «de comprendre tout le processus du jeune public à travers la création de texte jeune public, spectacle jeune public et surtout d’être capable de tenir toute la scène», a poursuivi le directeur du Théâtre Soleil.

Le professeur certifié de théâtre Thierry Oueda, directeur du Théâtre Soleil

«Si nous voulons nous adresser aux enfants, il faut se former et se former veut dire prendre le temps d’apprendre les bases et les bases pour nous, c’est l’écriture jeune public comme nous le faisons par rapport à cet atelier et aussi des formations en jeu d’acteur, des formations en mise en scène et des formations par rapport au régis de diffusion», a fait savoir M. Oueda.

Selon le directeur du Théâtre Soleil, cette formation est importante car «si on veut développer le jeune public, il faut des auteurs qui savent ce dont l’enfant a besoin, pour lui raconter des histoires et lui permettre de se nourrir aussi de ce que nous avons comme culture».

Les jeunes bénéficiaires de la formation

Ce samedi 3 septembre 2022, ce sont dix stagiaires en fin de formation qui ont présenté au public leurs textes qu’ils ont produits grâce à l’atelier d’un mois dont ils ont bénéficié.  

«Théâtre Soleil donne la possibilité à dix personnes de participer à l’atelier. Ces personnes sont sélectionnées sur la base de leurs Curriculum Vitae parmi les postulants», a affirmé le premier responsable du Théâtre Soleil. «Nous souhaitons prendre plus de monde mais il est très difficile pour nous. Il est important pour nous d’aller avec un nombre restreint pour mieux transmettre le savoir», a-t-il soutenu.

Une vue des responsables

Durant les quatre semaines de formation, les dix jeunes ont été outillés sur les bases de l’écriture. «Nous partons sur des techniques, de qu’est-ce qu’on peut raconter ? Est-ce qu’on peut faire parler un fruit, un légume, un objet du quotidien ? Après avoir travaillé ces techniques, nous travaillons aussi sur des techniques de dramaturgie, des techniques basées sur la lecture des tableaux, parce qu’il est important pour nous que l’auteur qui souhaite écrire comprenne déjà la composition des couleurs et surtout qu’il prenne le temps de comprendre que ce qui est autour de lui peut le nourrir. Après nous travaillons sur le dialogue. C’est quoi un dialogue ? Comment un personnage peut s’adresser à un autre ? Et quel type de dialogue ?», a laissé entendre le professeur certifié de théâtre Thierry Oueda.

Le professeur certifié de théâtre Thierry Oueda

M. Oueda a exprimé sa satisfaction par rapport aux résultats obtenus à la fin de cette session de formation qui a permis aux stagiaires de proposer «des textes très riches, qui se nourrissent de notre culture, de notre environnement». «Il y a des textes qui parlent de la protection de l’environnement, qui parlent de la tradition, de l’histoire, de la cohabitation, de la tolérance. C’est ça qui est très beau. Pour un enfant qui souhaite se nourrir de sa culture, écouter ces textes ou voir ces textes portés à la scène c’est vraiment très important», a-t-il dit parlant des productions des stagiaires.

«Tout au long de la formation, nous avons appris les techniques de rédaction des textes destinés au jeune public, d’agencement les textes, comment aborder les thèmes pour qu’ils soient fantastiques et qu’ils puissent attirer les enfants et les intéresser», a déclaré le stagiaire Michael Boly assistant d’éducation.

Le stagiaire Michael Boly, assistant d’éducation

Pour M. Boly, «au sortir de ces un mois de formation», il repart outillé en techniques d’écriture. «Je peux dire que nous sommes aguerris et prêts à pouvoir écrire des textes. Le formateur est très expérimenté. Il a une manière d’enseigner. Il a la pédagogie qu’il faut. Nous croyons qu’à l’avenir nous allons pouvoir éditer de très beaux textes», a-t-il laissé entendre.

Il déclare au sortir de cette formation, avoir des projets en vue, notamment, «continuer la rédaction de certains textes, les éditer et aussi le faire jouer dans des théâtres ou dans des écoles».

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire