Accueil Economie Burkina: des Organisations civiles signent une charte pour un meilleur contrôle du...

Burkina: des Organisations civiles signent une charte pour un meilleur contrôle du processus budgétaire

Photo de famille à la fin de la signature

Des Organisations de la société civile (OSC) burkinabè intervenant dans les finances publiques, ont signé le vendredi 22 juillet 2022 à Ouagadougou, une charte pour un meilleur contrôle de la société civile du processus budgétaire.

Seize organisations sur une vingtaine d’OSC attendues, ont signé le vendredi 22 juillet 2022 la charte de ce Réseau qui vise un meilleur traitement de la question de la transparence et de la participation citoyenne qui mobilise les Partenaires techniques et financiers (PTF), les OSC et les ONG.

Aux côtés des initiateurs de cette plateforme que sont le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD), le Centre d’Etudes et de Recherche Appliquée en Finances publiques (CERA-FP) et le Centre d’Information, de Formation et d’Etudes sur le Budget (CIFOEB), l’on note entre autres l’Association des Journalistes pour la Justice Fiscale (AJJF), le Cadre de Concertation des ONG et Associations actives en Education de Base au Burkina (CCEB-BF) et le Réseau d’Initiatives de Journalistes qui se sont engagés à travailler ensemble pour une meilleure participation au suivi budgétaire, toute chose qui leur permettra de contrôler l’action du gouvernement sur le plan des finances publiques et leurs implications.

Le représentant de l’International Budget Partnership, Djibril Badiané

Ce cadre, selon Simon Pierre Doamba, chargé de suivi-évaluation au niveau du CGD, est « ouvert à d’autres acteurs qui ne sont pas forcément spécialistes des questions de finances mais qui sont également preneurs de tout ce qui est action de participation citoyenne, de redevabilité et de développement ».

La mission du Réseau, « c’est d’abord partager les informations, les recherches entre les différentes organisations du regroupement » et une planification commune des activités, a poursuivi M. Doamba qui précise que ces activités sont « le suivi budgétaire en vue de faire en sorte que tout le processus soit participatif et que le citoyen soit au cœur, et que, ces politiques publiques qui seront mises en œuvre à travers le budget soient un budget qui reflète sa volonté ».

« Dans l’élaboration du budget, le citoyen est censé avoir un œil là-dessus, de même que l’exécution des audits qui seront faites éventuellement sur le circuit budgétaire », a terminé Simon Pierre Doamba.

Le directeur de programme pour l’Afrique francophone dans le bureau régional du Sénégal pour International Budget Partnership (IBP), la structure qui appuie l’initiative, Djibril Badiane, a signifié que leur rôle est un accompagnement aux OSC qui travaillent sur des questions budgétaires.

Simon Pierre Doamba, chargé de suivi-évaluation du CGD

«Travailler sur les questions budgétaires relève de la technicité car ce sont des questions très techniques. Dans le temps, dans nos pays, ce sont des questions réservées à l’Etat, notamment la direction générale du budget », a fait savoir M. Badiane qui a salué les initiateurs de cette plateforme visant « aujourd’hui à faire en sorte que les OSC réalisent un contrôle citoyen ».

Pour M. Badiane, « ce regard citoyen aujourd’hui, de plus en plus, avec la responsabilité budgétaire, se transforme en une technicité que les organisations doivent avoir ». C’est pourquoi il a rassuré que sa structure travaillera à doter le Réseau de « compétences afin que les OSC puissent faire des analyses critiques poussées ».

« Non seulement elles (OSC) vont se former mais elles vont appuyer les politiques publiques », a-t-il martelé.

Le Réseau regroupe les différentes plateformes qui existaient déjà et suivait les questions budgétaires et aussi tout ce qui est question en lien avec la finance publique.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire