Accueil Société Burkina/Incident amphi A600: la FESCIBF demande l’audit des bâtiments

Burkina/Incident amphi A600: la FESCIBF demande l’audit des bâtiments

Le secrétaire général national de la FESCIBF, Pallo Dapougdi Augustin

La Fédération estudiantine et scolaire pour l’intégrité au Burkina Faso (FESCIBF) s’est prononcée sur l’effondrement du plafond de l’amphithéâtre A600  survenu le 1er décembre 2021 à l’Université Joseph Ki Zerbo, qualifiant cet incident de «regrettable». L’organisation syndicale estudiantine a, par ailleurs, demandé que les autorités fassent des audits et des études de réhabilitation des vieux bâtiments avant les rentrées universitaires.

Le plafond de l’amphithéâtre A600 de l’Université Joseph Ki-Zerbo s’est effondré le mercredi 1er décembre 2021, faisant 13 étudiants blessés. La Fédération estudiantine et scolaire pour l’intégrité au Burkina Faso (FESCIBF), une structure syndicale qui milite pour de meilleures conditions de vie et d’étude des élèves et étudiants au Burkina Faso, a dit s’être rendue auprès des blessés pour leur «témoigner sa compassion», et a promis de mettre la pression sur l’Administration pour qu’elle continue de prendre ces blessés en charge.

Par ailleurs, elle a exprimé sa consternation face à ce qu’elle a qualifié d’incident «regrettable». «Soyons professionnels quand il s’agit de l’université», a rouspété le secrétaire général national de la FESCIBF, Dapougdi Augustin Pallo.

«Pour le cas de l’amphi A600, nous avons eu de la chance que ce soit le plafond, et si c’était l’effondrement du bâtiment, on allait avoir assez de blessés et même des morts», a-t-il fait remarquer, rappelant de pareils incidents qui se sont produits à l’Université Norbert Zongo de Koudougou qui avaient fait quatre morts dont trois étudiants en situation de stage pratique.

Face à cette situation, le secrétaire général national de la FESCIBF interpelle les autorités universitaires et leur demande de faire des audits et des études de réhabilitation des vieux bâtiments avant chaque rentrée universitaire. «Nous demandons que tous les bâtiments qui ont 15 ans et plus soient revus et fassent l’objet d’études avant l’accès des  étudiants dans les salles», a suggéré Dapougdi Augustin Pallo.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire