Accueil Société Burkina: «La pluviométrie accuse une baisse», Ambroise Ouédraogo, ministre en charge de...

Burkina: «La pluviométrie accuse une baisse», Ambroise Ouédraogo, ministre en charge de l’Eau

Les autorités présentes à la cérémonie d'ouverture du forum, avec le ministre en charge de l'Eau et de l'Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, au centre

Au Burkina, «la pluviométrie accuse une baisse depuis quelques décennies alors que nous devons faire face à un accroissement continu de la demande en eau», s’est inquiété ce vendredi 2 février, Niouga Ambroise Ouédraogo, ministre en charge de l’Eau et de l’Assainissement, à l’ouverture du troisième forum sur l’eau et l’assainissement qui se tiendra trois jours durant à Ouagadougou autour du thème: «Gestion partagée et inclusive pour l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD) Eau et Assainissement au Burkina Faso». 

«La pluviométrie, à la fois faible et aléatoire, accuse une baisse depuis quelques décennies alors que nous devons faire face à un accroissement continu de la demande en eau, lié essentiellement à la croissance démographique et aux besoins croissants des usagers», a dit M. Ouédraogo, signifiant que plus de 300 personnes venues de près 160 pays échangeront sur les grands enjeux du secteur de l’eau et de l’assainissement.

Selon lui, au cours de cette rencontre triennale de diagnostic et d’échanges sur les problématiques nationales de l’eau, «il s’agira de débattre autour des grands enjeux du secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina Faso, et de préparer la participation de notre pays au 8e Forum mondial de l’Eau», prévu pour se tenir en mars prochain à Brasilia au Brésil.

Le ministère vise à travers ce forum à «partager le bilan de la mise en œuvre des recommandations du deuxième forum national de l’eau et de l’assainissement, partager les stratégies, les solutions et les engagements des parties prenantes pour le progrès à faire au niveau national, définir les positions stratégiques à défendre par les acteurs burkinabè au sein de la communauté internationale de l’eau et de l’assainissement notamment le Réseau International des Organismes des Bassins», a laissé entendre son premier responsable.

Cette édition sera marqué par des conférences-débats sur des thématiques bien ciblées, des manifestations publiques dont un cross populaire et une foire d’exposition à la salle de conférence de Ouaga 2000 qui a mobilisé plusieurs partenaires notamment IRC, un centre d’expertise qui développe beaucoup d’approches et cherche les solutions pour résoudre les problèmes qui se posent au niveau du secteur de l’eau.

Dans le cadre de ce forum, «nous partageons ce que nous avons comme expériences ou solutions qu’on a développées, celles qui ont bien marché ici au Burkina ou dans d’autres pays où IRC intervient», a indiqué son directeur des opérations au Burkina, Firmin Hilaire Dongobada.

Selon une enquête de l’Institut national des Statistiques et de la Démographie (INSD) sur l’assainissement des ménages datant de 2016, le taux d’accès à l’assainissement familial de 0,8% en 2010, est passé à 12% en 2015 puis à 13,4% en 2016. La même source a conclu que beaucoup de ménages ne disposaient pas d’un système amélioré d’assainissement.

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire