Accueil Economie Burkina: La SFI annonce 800 millions de dollars US pour financer des...

Burkina: La SFI annonce 800 millions de dollars US pour financer des projets bancables

La Société Financière Internationale (SFI), une institution de la Banque mondiale, s’est engagée à investir 800 millions de dollars américains, soit plus de 468 milliards de FCFA, pour financer les projets bancables au cours des cinq prochaines années en vue d’appuyer le Plan national de Développement économique et social (PNDES), a annoncé jeudi sa Représentante régionale Ronke-Amoni Ogunsulire, au cours d’un déjeuner de presse à Ouagadougou.

Cette rencontre avec les hommes de médias intervient après plusieurs autres du genre, que les responsables de la SFI ont eues avec les autorités politiques, notamment le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, et le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, ainsi que les acteurs du monde de l’économie du Burkina que sont les responsables de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI-BF) et les patrons des Petites et Moyennes Entreprises (PME).

En plus des 468 milliards, la SFI va également relancer son assistance au Burkina Faso pour améliorer son environnement d’affaires et ainsi attirer plus d’investissements privés, a indiqué Mme Ogunsulire qui a expliqué que c’est la raison pour laquelle son institution « cherche également comment investir au Burkina à travers le Guichet consacré au secteur privé, qui est un nouvel instrument du groupe de la Banque Mondiale ».

Malgré les crises socio-politiques d’octobre 2014 et de mi-septembre 2015 au Burkina, la SFI a renforcé ses engagements au Burkina en finançant notamment entre « 200 à 300 millions de dollar (117 à 175 milliards FCFA» dans divers projets durant la période de la Transition, a poursuivi sa Représentante régionale qui a noté que la société a par exemple « cofinancé les trois dernières campagnes cotonnières et soutenu la Sofitex (Société des fibres et textiles, à hauteur de 120 millions dollars US, soit 70 milliards FCFA) ».

La SFI est une institution de la Banque mondiale (ph. d’illustration)

Les autorités politiques au cours des rencontres avec la SFI se sont plus « focalisées » sur les questions d’emplois et d’énergie, a signifié Ronké-Amoni Ogunsulire qui espère « cette année encore mobiliser 25 millions de dollars US (14 milliards FCFA) pour investir dans le solaire ».

L’expérience de partenariat entre la SFI et Coris Bank « est très positive », a-t-elle reconnu. Elle a estimé que Coris « est une banque très entreprenante (qui) se focalise sur les PME et les femmes avec qui ce n’est pas facile de travailler ».

Toute structure ou entreprise, respectant les normes internationales, peut, avec un business plan (plan d’affaire), bénéficier des financements de la SFI finance qui investit surtout dans les secteurs de l’énergie et de l’agro-industrie. La banque annonce également un Guichet qui permettra par exemple de limiter les risques pour les investisseurs privés.

Par ailleurs, Mme Ogunsulire a déploré le fait que sa banque « ne peut pas prêter directement aux petites entreprises à cause de la lourdeur du système ».

La SFI dispose de quatre facilités de financements des projets du secteur privé que sont : « les mécanismes d’atténuation des risques, de garantie de financement mixte, de garantie du MIGA (l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements) et une facilité relative à l’utilisation de la monnaie locale ».

La SFI intervient au Burkina depuis 1975 et son portefeuille est actuellement d’environ 100 millions de dollar US (58,4 milliards FCFA), investis dans des secteurs comme les services financiers, l’immobilier, les mines, l’agro-business, l’énergie et la distribution.

Mathias BAZIE

Laisser un commentaire