Accueil A la une Burkina: le Gouvernement contre des propos «discourtois et inamicaux» de l’ambassadeur de...

Burkina: le Gouvernement contre des propos «discourtois et inamicaux» de l’ambassadeur de France

L'ambassadeur Luc Hallade (à gauche) reçu en audiance par le ministre délégué chargé de la Coopération régionale

Le Gouvernement burkinabè de la Transition, dans un communiqué en date du 21 juillet 2022, dit protester contre des propos «discourtois et inamicaux»  proférés par l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade «sans aucune réserve, aux antipodes des principes élémentaires de la diplomatie».

Au cours de l’audition du Groupe d’amitié France-Afrique de l’Ouest, organisée le 5 juillet 2022, sur la crise politico-sécuritaire devant des représentants du Sénat français, l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade, avait qualifié la crise sécuritaire qui sévit au Burkina de «guerre civile», où «une partie de la population se rebelle contre l’Etat et cherche à le renverser».

Des propos qui ont mis les autorités burkinabè de la Transition hors de leurs gonds, qui disent «protester vigoureusement» contre ces affirmations proférées «sans aucune réserve, aux antipodes des principes élémentaires de la diplomatie».

Le Gouvernement de la Transition, à travers le ministère en charge des Affaires étrangères, a indiqué que de tels «propos assez subjectifs» de la part du chef de la diplomatie française au Burkina Faso «suscitent des interrogations bien légitimes, surtout au moment même où les Forces de défense burkinabè commencent à engranger des résultats sur le terrain de la lutte contre le terrorisme».

Pour les autorités de la Transition, parler de guerre civile au Burkina, c’est faire une «lecture erronée». Elles ont estimé que l’ambassadeur français «devrait aller au-delà des simples jugements de valeur et prendre en compte toutes les nuances permettant une claire appréciation de la situation sécuritaire et de sa complexité».

Ouagadougou  regrette, par ailleurs, des «thèses malheureuses et inacceptables» soutenues par l’ambassadeur Luc Hallade, évoquant une analyse «bien étrange si celle-ci ne vise pas de sombres desseins».

«Il est tout aussi troublant que les propos assez graves du chef de la diplomatie française au Burkina qui sont de nature à saper la cohésion, soient proférés au moment où les efforts du Gouvernement de la Transition et de l’ensemble du peuple burkinabè convergent vers l’unité pour réconcilier les filles et fils du pays», poursuit le communiqué du ministère en charge des Affaires étrangères, qui invite l’ambassadeur à «s’inscrire dans une dynamique qui vise à raffermir les relations entre la France et le Burkina au lieu de s’engager dans la voie de la controverse».

Le diplomate français, dans son discours du 14 juillet 2022, à l’occasion de la commémoration de la fête nationale française à Ouagadougou, avait qualifié certains internautes d’ «idiots utiles» qui «accusent sans preuves» son pays engagé dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Ces propos ont suscité l’indignation de certains internautes et au sein de la classe politique avec la leader du parti Mouvement pour la Renaissance du Burkina (MRB) Monique Yeli Kam qui a même éxigé le départ de l’ambassadeur de France au Burkina «sans condition et avec effet immédiat».

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire